Donaldo Flores

Écrit par Ahinama le . Publié dans Biographies

Considéré comme l'un des meilleurs de la nouvelle génération de soneros cubains. Son dernier album Abran Paso Que Me Voy (Envidia novembre 2005) a reçu dés ça sortie, la reconnaissance des Dj européens. Cet article vous invite à découvrir la carrière internationale de cet artiste qui a joué avec les meilleurs groupes cubains....présentation, carrière professionelle, discographie.

CALLE 66, un projet musical hors du commun...

Écrit par Ahinama le . Publié dans Critiques de CDs

CALLE 66: « La Nueva Onda Cubana », est un disque conçu et réalisé entièrement à Cuba. L'idée de base est de réunir un groupe de jeunes chanteurs et musiciens cubains qui, l’année passée, ont démontré un talent évident dans chacun de leur groupe. Cela aussi afin de donner vie à une sorte d’école ou de tendance musicale cubaine faite de talents naturels affinés par des années de studio et d’expérience musicales, qui savent conjuguer l’amour pour le genre Caribéen et une sonorité plus contemporain.

CALLE REAL, La claque qui venait du Nord !

Écrit par Ahinama le . Publié dans Approfondir

C’est par un jour tranquille d’Août 2005, que je vis apparaître en consultant mon courrier, un OTNI (Objet Timbero Non Identifié ). Une enveloppe en provenance de Suède. Etrange…. Le temps de glisser le CD dans le lecteur, il ne m’a fallu que 5 petites minutes pour comprendre que j’avais entre les mains un objet pas comme les autres. Et c’est en continuant de parcourir tout l’album que j’ai compris cette fois que j’étais en présence d’une bombe atomique larguée par la Suède !

Santiago de Cuba : le géant endormi

Écrit par Fabrice Hatem le . Publié dans Culture populaire cubaine

Introduction et résumé

Pour les amoureux de la Salsa et les connaisseurs de Cuba, Santiago de Cuba représente un troublant paradoxe. 

Berceau du Son dont la Salsa est elle-même largement issue, cette ville constitue encore aujourd'hui un foyer exceptionnellement riche de talents artistiques, qui peuplent dans le monde entier les compagnies de danse et les orchestres de musique tropicale les plus prestigieux.

ImageEt pourtant cette éminente contribution à la culture caribéenne n'est pas toujours reconnue à sa juste valeur, la ville restant quelque peu en retrait sur la carte mondiale de la production salsera et timbera contemporaine. 

Ce paradoxe s'explique selon moi par trois raisons concomitantes : 

- Santiago a été historiquement victime d'un phénomène de phagocytose artistique par la Havane, dont la scène musicale a drainé les talents nationaux comme les visiteurs étrangers. La capitale cubaine s'est ainsi alimentée de l'énergie artistique de tout le pays (et tout particulièrement de l'Oriente) pour forger de nouveaux styles ensuite exportés vers le monde entier.