Concert de Manolin

Écrit par Ahinama le . Publié dans Chroniques de concerts

Voilà typiquement le genre de concert dont j’avais des craintes… En effet, considérant que Manolin avec son « Puente » enregistré à Miami est l’auteur de l’un des plus grands disques de la (petite) Histoire de la Timba, la barre était haute…

Mais Manolin l’a franchie avec une formation plus réduite que sur « El Puente »… (pas de second clavier, pas de guitariste…). En même temps lorsqu’on est entouré de 3 géants musicaux cubains…et que le son et le répertoire étaient au rendez-vous…

Manolin


Au piano : Ivan « Melon » Gonzalez : pianiste autrefois attitré d’Issac Delgado sur sa meilleure période… Il vit désormais en Espagne…

A la basse et direction musicale : Joel Dominguez … Bassiste sur l’historique meilleur disque de Paulito « Con la conciencia tranquila »…

A la trompette et chef des « Chamacos », le meilleur de l’île… Alexander Abreu…Sa musicalité, sa créativité et son phrasé sont uniques ce qui en fait le plus grand requin de studio du moment…

Ivan   Alexander Abreu  
Ivan « Melon » Gonzalez   Alexander Abreu   Joel Dominguez

Et puis le répertoire… Parmi ses plus grands titres (il en manque toujours !! ) :
« El puente » (intro), « Es Que Me La Llevo » « La Vida No Es Tan Tan » « Ellas Son Las Que Son » « Y No Lo Comentes » « Somos Lo Que Hay » « El Que Este Que Tumbe » « Me Pase De Copas ». « Pegaito » et son dernier titre enregistré sur son prochain album) demandé par le public « De tarea pa’ la casa »…

J’ai eu peur sur le 1er set car la basse n’était pas assez devant et quand on connaît son importance, mais le second set fût énorme…

Je retiendrai :
-la simplicité et l’efficacité scénique de Manolin (pas d’esbrouffe, ni de femme inutile sur scène, sauf une mais…)…Cuba lui manque, et on a un pincement au cœur quand il le lâche avec discrétion…
-un répertoire largement balayé (car ce qu’on peut reprocher aux Van Van en concert, ce sont ces 7 chansons, souvent les mêmes, sur une durée de deux heures…)
-le solo de basse de Joel Dominguez et sa façon de percuter la basse avec le batteur du Muppet Show (quelle énergie ! )
-le solo d’Alexander Abreu et les mambos des « Chamacos »
-la facilité déconcertante et les fantastiques « tumbaos » d’Ivan Melon, ses solos

Si vous souhaitez en savoir un peu plus, ma modeste contribution :
http://www.salsafrance.com/article.php3?id_article=128

Crédits : photos par Indochino (c) Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.