LA MAQUINA PERFECTA démarre en trombe avec MONICA, la nouvelle diva de la Timba et bien plus…

Écrit par Leonel le . Publié dans Biographies

Apres ses deux premières représentations en France, une à Nice le 9 Juillet et une à La Seyne sur Mer le 16 Juillet, Monica Mesa et Yoel Dominguez, le directeur musical de Monika y su Maquina Perfecta, nous accordaient un nouvel entretien exclusif pour aborder cette fois-ci leur projet musical et leur vision pour ce nouvel orchestre révélation de l’année 2010.

La Maquina Perfecta fut au départ un projet discographique dirigé par Yoel Dominguez pour la voix exceptionnelle de Monica Mesa, cette ex-chanteuse vedette de NG La Banda qui nous avait ouvert sa porte en Janvier 2009. Le CD n’est toujours pas commercialisé mais son répertoire ne manquera pas de séduire un large public, au-delà des passionnés de pure Timba avant-gardiste. Yoel et Monica y ont exploré des styles aussi divers que la Salsa, la Guaracha, la Balada, la Bachata, la chanson a capella mais aussi la Timba.

La Maquina Perfecta est réglée pour aller loin et pour emprunter toutes les routes que la versatilité artistique du Maestro Yoel tout comme l’immense talent de Monica peuvent aborder.

Mais Monika y La Maquina Perfecta est avant tout une machine à concert, une mécanique de précision, bien huilée, avec un moteur à explosion, dote d’une reprise phenomenale au point d’etre aussi l’orchestre de Manolin El Medico De La Salsa, une légende vivante de la Timba pour ses tous prochains concerts de Fiesta’ Sète, le 6 Aout et de Latin Hossegor le 27 Aout.

Yoel Dominguez n’est pas pour rien dans l’excellence de la prestation scénique de ses jeunes recrues. Il n’est pas un inconnu pour les premiers Timberos et savent qu’il est toujours un gage de qualite et de modernite.
Il fut le bassiste de Paulito y su Elite dans le mythique CD « Con La Consiencia Tranquila » ou on peut écouter l’un des plus grands chefs-d’œuvre de la Timba : (La Especulacion) « De La Habana ».

Il deviendra ensuite le directeur musical du « Chevere De La Salsa », de l’oeil du cyclone, la voix rumbera de velours, celle d’Issac Delgado. A ce titre Yoel travaillera sur les arrangements de «Amor Sin Etica » et il signera ceux de « La Formula », morceau qui sera nominé aux Latin Grammy Awards.

Yoel Dominguez est surtout connu pour ensuite avoir été, depuis les années 2000, le directeur musical de Manolin, El Medico De La Salsa, en exil volontaire a Miami.

La marque de Yoel Dominguez se retrouve dans une musique très souvent Funky, moderne, des arrangements vifs, incisifs, jazzy ou la virtuosité de ses musiciens peut s’exprimer, et notamment la sienne a la basse.



Yoel Dominguez était déjà venu en France, notamment a Montpellier pour accompagner Manolin avec une certaine Arlenis Rodriguez, l’acolyte de Monica Mesa dans NG La Banda. Décidemment le monde de la Timba est bien petit.

 

La Diva Monica n’est plus à présenter aux lecteurs de www.FiestaCubana.net. Elle fut la chanteuse de NG La Banda pendant 9 ans après avoir remplacé Yeni Valdes qui s’envolait vers Los Van Van. Monica chantera de nombreux succès comme Raka Raka Chan, Baila Conmigo et fera les chœurs ingénus du tube « El Papi ». Elle a commencé avec PG, l’orchestre des jeunes talents dénichés par Jose Luis Cortes, ce pere de la Timba qui dirige aussi NG La Banda. Elle avait aussi collabore avec Azucar Negra, Haila, Anacaona, Chicuelas Son, etc. Sa magnifique voix, son attitude simple, naturelle, quasi juvénile charme le public.



Le répertoire loufoque de NG La Banda tout comme le monde de la Timba devenait bien trop étroit pour ce talent immense.
Yoel Dominguez a vite compris le potentiel énorme que constituait sa collaboration avec Monica et afin de ne pas tenter le mauvais sort, il lui cachera jusqu'à très récemment ses ambitions de former un groupe et de partir en tournée avec cette nouvelle Diva.

 

 



La Maquina Perfecta a enregistré un disque promotionnel composé de 12 titres :
1. El Tira Tira (Timba)
2. Mi Soledad (Balada)
3. Tu Dolor (Timba)
4. No Puedo Perdonarte (Salsa Romantica)
5. Aprovechate de mi esta noche (Salsa)
6. Ay dime pa’que (Bachata)
7. Como le digo a mi corazon (Salsa)
8. Mas te vale (Salsa)
9. No puedo dejar de quererte (Bolero)
10. Capricho del destino (Timba)
11. Te veo preocupao (Timba)
12. Si me pudieras querer (Balada)

 

Mais Yoel et su Maquina Perfecta n’arrêtent pas de produire compositions et arrangements pour leur nouvelle muse.
En concert Monica interprète une reprise d’Alejandro Sanz « El Aprendiz ». Mais aussi 2 nouvelles compositions, une Salsa « Tu pierdes mas que yo » et une Pop-Latino « Tu »

 



Monica est époustouflante dans le registre Pop ou elle transmet des émotions plus profondes, plus fortes et plus sincères que dans un registre Salsero. Sa beauté, sa fraicheur, ses intonations, ses accents renversent les âmes et fait chavirer les cœurs.




Monica et Yoel, deux artistes issus de la Timba nous offre un véritable récital, un cadeau fait d’harmonies, de rythmes, de sentiments et de spectacle qu’on appelle tout simplement Musique avec un grand ‘M’.

 

Cette musicalité et la virtuosité s’expriment pleinement lors de la Descarga, le Latin-Jazz « Latin Dominguez » ou l’orchestre se déchaîne de manière instrumentale et offre aux batteur de Guantanamo, aux cuivres, au piano mais surtout a Yoel Dominguez de démontrer toute l’étendue de leur art.

 

A la critique de certains trouvant leur répertoire assez peu Timbero, Yoel tout comme Monica répondent qu’ils souhaitent non seulement s’addresser au public cubain mais aussi a un public plus large et que leur propos est de proposer de la belle et bonne musique cubaine, plus élaborée, plus approfondie que 2-3 coros pour faire bouger les reins.

 

La Maquina est bien rôdée même si elle est encore bien jeune. Elle trouve petit à petit sa place dans le paysage de la Musique Cubaine avec ses concerts aux Delirio Habanero à La Havane et avec cette tournée européenne qui surprend et seduit.



Qu’on se le dise La Maquina Perfecta est là pour durer et pour emprunter toutes les routes musicales : elle ne restera pas à vrombir à Centro Habana mais elle se règle pour parcourir le monde.

La Maquina Perfecta est sans nul doute, avec Son Del Indio, l’une des révélations de l’année 2010. Cet orchestre partage avec Son Del Indio une très haute qualité musicale qui s’exprime encore plus sur scène qu’en enregistrement. C’est la marque des grands !

En effet ses concerts sont à chaque fois une surprise, un enchantement, une explosion musicale, un plaisir. La Maquina Perfecta est synonyme de qualité, de musicalité, de virtuosité… Elle s’adresse à tous et c’est tant mieux pour l’amour de la musique (cubaine) !

 

 

Interview avec Yoel Dominguez & Monika y su Maquina Perfecta
par Leonel “El Farandulero Mayor”

Partie #1



Partie #2