LEONEL LIMONTA : Le Poète Parrain de la Timba

Écrit par Leonel le . Publié dans Biographies

Le 11 Janvier 2009, Leonel Limonta, compositeur et directeur de AZUCAR NEGRA nous a offert un entretien exclusif pour FiestaCubana.net ou il nous raconte toute sa carrière et comment est né Azucar Negra.
Limonta fut depuis le début l’un des protagonistes et l’une des figures de ce genre musical qu’on appelle Timba Cubana, comme compositeur et directeur d’orchestre. Il est passé par La Charanga Habanera et Bamboleo avant de fonder son propre groupe Azucar Negra avec Haila Mompie. Ses compositions sont devenues des classiques et des orchestres comme Orquesta Aragon ou le Charangon d’Elito Revé jouent ses compositions, pleines de sentiments, chargées de paroles profondes et de beaucoup d’esprit mais toujours accompagnées d’une musique forte et lumineuse. Limonta nous permet de découvrir les coulisses d’Azucar Negra et de l’un des plus grands compositeurs de la Salsa Cubaine.

Leonel Limonta est venu avec AZUCAR NEGRA les 4 et 5 Mars 2011 au Festival BAILAR CUBA a Nantes-Orvault accompagné de 3 de ses chanteuses mythiques : VANIA, TANIA et AYLIN !
Nous avons assisté à un concert historique qui fut le dernier de AZUCAR NEGRA avec AYLIN, qui vient de rejoindre BAMBOLEO. VANIA BORGES a montré l'étendue de son talent et de son charisme.
TANIA PANTOJA a renoué sa collaboration avec LIMONTA et a montré un fois de plus que c'est elle qui commande, LA QUE MANDA, au moment de commencer sa carrière en solo ! Leonel Limonta est un poète pour ses paroles subtiles et enchanteresses et c’est l’un des parrains de la Timba car il l’a portée sur les fonds baptismaux dès 1993 aux côtés de David Calzado, Jose Luis Cortes, Lazaro Valdès , avec la bénédiction de Juan Formell !

Sa carrière musicale a égrené sur son chemin parmi les plus belles compositions de la Timba et il a toujours été un découvreur de talents, parmi lesquels Pepito, Monica Mesa, Rafael Labarrera, Aldo Miranda (Adalberto Alvarez) et plus récemment Tania Pantoja, Alexei Moises Sanchez « El Nene », Rusdell Nuñez, Aylin Dallera, Dayan Carrera et bien d’autres…

Aujourd’hui Azucar Negra, son groupe, revient sur le devant de la scène après 4 CDs qui ont connu des destins variés, depuis le mythique « Andar Andando » avec Haila, « Sin Mirar Atras » avec le tube de Tania « 3 de Azucar y 2 de Cafe », « Toque Natural » dédié à la cubania et enfin « Exceso de Equipaje », défendant l’identité de ce groupe et la fraicheur de ses interprètes.

Aylin Dallera, la chanteuse principale vient d’être élue Meilleure Chanteuse de l’Année au FIESTA CUBANA AWARDS 2010, consacrant ainsi sa progression régulière et l’affection du public pour cette poupée, cette Muñeca de la Timba, découverte et dirigée par le Maestro Limonta.

 

La musique d’Azucar Negra a toujours été une Timba pleine de sens, lumineuse, tournée vers l’amour et le bonheur, parlant sans cesse de la Cubania, de la vie quotidienne à Cuba et de son style de vie si particulier. Limonta, comme poète capte l’énergie et les histoires de la rue et de la jeunesse et porte des messages d’espoir tout en maintenant une musique sophistiquée, forte et créative…

Ses jeunes chanteurs vedettes semblent passer, comme Dayan Carrera déjà parti chez Pupy, Lester Ciarretta (ex Maykel Blanco), Rusdell Nunez, Yordys, etc...
Mais sa nouvelle égérie Aylin Dallera est là pour durer. La complicité qui unit Leonel Limonta à cette étoile montante est la garantie de nombreux succès pour l’immense compositeur Leonel Limonta et Azucar Negra, un groupe sain, à l’avant-garde des sonorités de la Timba.

 

Dans cette interview exclusive et détaillée, Leonel Limonta nous livre des scoops, des anecdotes passionnantes sur la genèse de la Timba et sur l’histoire d’Azucar Negra, sur ses inspirations et ses collaborations et il nous fait partager le sens de nombres de ses chansons. Sa vision et son message sont tout simplement un cadeau qu’il fait aux passionnés qui souhaitent perfectionner leur connaissance et approfondir leur ressenti vis-à-vis de cette musique et de la culture cubaine contemporaine. Merci Maestro !




1ere Partie : Leonel Limonta des Charangas à La Charanga : naissance de la Timba


Leonel FC.net : Bonjour FiestaCubana.net. Je suis ici dans la maison du parrain de nous autres les timberos, le grand maestro Leonel Limonta, directeur de Azucar Negra.

Limonta : Salut les amis. Vraiment c’est bien. Nous commençons l’année très fort. J’adresse mes meilleurs vœux à ceux qui ont la possibilité de visiter ce site (www.fiestacubana.net) pour lequel mon compère Leonel œuvre avec beaucoup de passion. J’en profite pour envoyer un salut amical a tous les Salseros, les DJ Latinos, a toute la communauté Latina et au monde entier et a la musique en general. En vous souhaitant le meilleur pour cette nouvelle année. Que la musique continue de vous divertir, de vous réjouir et de vous rendre la vie plus agréable. Quelle chance de pouvoir partager avec vous.

Leonel FC.net : Merci. Bonne Année ! Nous te souhaitons le meilleur. Voila je souhaitais faire cet interview avec toi pour plusieurs raisons : en premier lieu tu as sorti ton 3eme CD, en fait ton quatrième CD d’Azucar Negra, mais ton 3eme CD chez la EGREM. Le CD s’appelle Exceso de Equipaje. Il contient un CD et un DVD avec de bons morceaux qui ont bien marché l’année dernière, comme “El Verano”, “La Identidad”… Beaucoup de ces morceaux ont fait danser les cubains d’ici mais aussi en dehors de Cuba.
Limonta: Exactement.!

Leonel FC.net : Je crois que c’est un moment approprié pour parler de l’histoire d’Azucar Negra et de ta carrière, afin que les gens te connaissent un peu plus.

Limonta : Oui, avec plaisir. Tu sais qu’Azucar Negra est le résultat de plus de 10 ans de travail. Cette année 2009, nous allons célébrer le 11eme anniversaire de la création de l’orchestre. C’est un orchestre qui a été fondé avec la finalité de faire que tout le monde puisse jouir de la Musique Populaire Dansante, en incluant la Timba et le Son, et tous les genres musicaux dansant de Cuba.

Je crois qu’en un peu plus de 10 ans, Azucar Negra a réussi à se faire un place dans le cœur du peuple de Cuba mais aussi au niveau international. La France, par exemple, est une terre qui a eu la possibilité, à certains moments, de la musique d’Azucar Negra.

Aujourd’hui Azucar Negra est encore plus a la pointe des nouvelles sonorités, encore plus révolutionnaire car l’orchestre a connu de nombreux changements, dans sa structure, comme dans ses éléments, a savoir ses musiciens… Pour en arriver où nous en sommes aujourd’hui…
Nous allons très bien, l’orchestre est en pleine forme et, comme dit mon compère, ce disque “Exceso de Equipaje” (“Excédent de Bagage”) peut démontrer que ces changements on été fructueux.

10 ans déjà. En 10 ans, nous avons pu produire 4 disques. Peut-être aurions nous pu en faire un autre en 10 ans, mais comme tu le sais bien, mon frère, lorsque Azucar Negra a commencé en 1998, Haila était ma chanteuse principale. Nous avons essayé de faire un disque mais, du fait d’une clause contractuelle d’exclusivité, nous ne pouvions rien produire pour encore 3 ans. Ceci nous a limité et c’est pour cela qu’il n’y a pas eu plus de productions discographiques.

Qu’avons nous fait ? Nous avons réalisé une maquette, « Vengo De Estreno ». Dans cette démo il y a des chansons comme “Café Con Leche”, “Te Traiciono El Subconsciente”, “Eres Como Yo”, “Tan Solo Tu”, “Almas Disfrazadas”.

Nous avons fait cette démo afin de promouvoir mais aussi conserver l’essence de ce que nous avions créé. L’orchestre a vite pris de la force et a été nommée aussitôt Orchestre de l’Année 1998. La même année nous avons pu participer à un événement international au Lincoln Center de New York au cours de l’été 98. Nous avons partagé la scène avec beaucoup d’artistes, au Copacabana, avec Tito Nieves, Ismael Miranda et d’autres Salseros de renom, à l’avant-garde de la Salsa de cette zone.

Nous avons continue ensuite a évoluer, a interagir plus directement avec le peuple, en faisant des tournées nationales, des présentations a la radio et a la télévision. Nous avons accumulé jusqu'à ce jour une expérience positive. Parce qu’il ne s’agit pas seulement de 10 ans d’existence mais surtout d’avoir pu nous maintenir dans le cœur du public et a un certain niveau de popularité.

C’est vrai que nous ne sommes pas les plus populaires à Cuba mais nous considérons que nous sommes parmi les plus appréciés et nous avons maintenu une ligne stable. Il y a beaucoup de groupes qui sont nés au même moment que nous et qui ont déjà disparu.

Nous sommes toujours la ! Nous nous sommes engagés envers ceux qui ont écouté Azucar Negra pour la première fois, a ce qu’ils puissent nous écouter pour toute la vie…

Leonel FC.net : C’est vrai que vous avez réussi à vous maintenir en tant qu’orchestre avec un style original et vous avez maintenu la ligne esthétique… Malgré les évolutions, le style est reste original, représentant le concept d’Azucar Negra. Mais avant d’aborder ce point parlons de la discographie et de l’histoire d’Azucar Negra.

Je souhaitais te présenter à notre public, a mon avis, comme un leader. Avant d’etre le directeur d’Azucar Negra tu es pour moi l’un des leaders, l’une des tetes pensantes, tu es un poete et un grand compositeur qui a compose de nombreux succès pour Azucar Negra mais aussi pour beaucoup d’autres orchestres.
Tu écris de tres belles paroles, profondes et fines… Tu es comme un Gentleman de la Timba.

Limonta: Merci.

Leonel FC.net : Ton nom est associé à 2 concepts : la Timba et la Poésie.

Limonta: Merci. Ca fait plaisir. Merci de me baptiser ainsi. Tu viens de me dire que je pourrais être le Poète de la Timba. C’est un bien beau baptême… En effet je ne suis pas seulement Timbero. J’adore la Timba. C’est le courant musical que nous avons appuyé, tout comme les musiciens de la Musique Populaire Dansante.
Mais la Timba est parfois si violente que nous essayons de passer de cette énergie très forte à un équilibre pour que tout le monde puisse comprendre ce que nous jouons.

Je crois que ça a été notre proposition depuis toujours. Mais comme tu le disais c’est vrai, depuis que je suis entré dans le monde de la musique…
Je suis rentré bien tard dans ce milieu mais c’était pour rester… et comme on dit « Rien n’arrive trop tard dans la vie, si la vie est cool, si la vie est bonne ! »

Effectivement j’ai commence avec La Charanga Habanera en 1993. David Calzado, le directeur de La Charanga Habanera me connaissait. J’avais déjà composé et fait de belles choses avec d’autres groupes comme Orquesta Aragon, et pour la Banda Météoro. David Calzado avait écouté mes compositions et il m’a proposé de composer pour lui, mais pas seulement que je compose pour la Charanga Habanera mais que je devienne son producteur pour tout le travail de La Charanga. C’est avec beaucoup de plaisir que j’ai commence à travailler avec David Calzado.


EL PANADERO - LE BOULANGER

C’est vrai que je venais de l’industrie alimentaire. J’étais un boulanger, mais un boulanger bien théorique. En fait j’étais un fonctionnaire de l’industrie de l’alimentation. Je me consacrais a la sécurité alimentaire, a sécuriser la qualité les aliments pour la confection de biscuits et autres dérivés.

Leonel FC.net
: C’est pour ca que ta musique se vend comme des petits pains? ahahaha
Limonta: jajajaja ¡ C’est pour ça que ma musique… Que les gens se nourrissent bien de la musique…

L’HERITAGE MUSICAL

Leonel FC.net : Tu as fait des études musicales? Comment en es tu arrivé là ? Tu as bénéficié d’une famille de musiciens ? Il y a un héritage musical dans ta famille ? Tu viens de Santiago de Cuba, non?

Limonta
: Je viens de Santiago de Cuba. La vie est surprenante et parfois ironique parce que tu me poses cette question au moment même ou ils doivent enterrer un de mes oncles, qu’il repose en paix, qui était un grand Tresero de la Trova Santiaguera, Fernando Maso Peby.
Je tiens un peu de lui, même beaucoup… Dans la famille c’est lui qui a été le professionnel de la musique. Lui non plus n’avait pas étudié la musique. Il était autodidacte. Tout comme moi. Je n’ai pas étudié la musique. La musique est entrée en moi et elle m’a adopté. Et je profite de cette chance que m’a donne la vie de pouvoir en faire de la musique. Pendant le temps qu’il me reste a vivre, pendant ce miracle qui m’est accordé de vivre, j’essaye d’exploiter au maximum cette chance de vivre la musique.
Sans avoir été a l’école… c’est sûr, si j’y avais été, le résultat en aurait été meilleur.
Mais quand je fais les comptes, je me dis que si j’avais été a l’école, je serais devenu un instrumentiste qui au pire aurait déjà été passé de mode…
Et comme les années passent… tu sais bien que c’est la jeunesse qui s’impose… Du coup les gens ne m’aimeraient déjà plus comme instrumentiste puisque je suis déjà un peu trop vieux…
Ma chance a été que la vie m’a laissé cet espace pour que je devienne un leader naturel de la Musique… Et rien que pour ca, je respecte et je remercie la vie et tous ceux qui ont cru à ce que Leonel Limonta ait le vrai potentiel pour offrir de la musique au monde. Ca c’est important.

Leonel FC.net : Donc tu as travaillé pour La Banda Meteoro
Limonta: Non, je n’ai pas travaille directement avec La Meteora. J’ai composé pour La Banda Meteoro, pour la Orquesta Aragon et pour David Calzado…



Leonel FC.net : Vous pouvez voir ici ce disque la Orquesta Aragon ou on trouve le morceau “Deja Contracandela” de Leonel Limonta et il y a aussi un morceau de la Ritmo Oriental, une charanga très créative… Comment s’appelle ce morceau ?
Limonta: “Seguir Hasta El Final”! Un Bolero-Son…



Leonel FC.net : Je sais que tu as aussi proposé une chanson a Elito Revé y su Charangon : “Entre La Espada y La Pared” (sur le CD Homenaje Changui 45 Años)

Limonta: Effectivement “Entre la espada y la pared”. C’est un Changüí. C’est une Salsa, Salsa-Son mais avec le style d’Elito Revé, qui m’a donné ici aussi une belle opportunité.

Leonel FC.net : Du coup tu as beaucoup travaillé ?

Limonta: J’ai beaucoup travaillé et encore plus. Mais toi tu me surprends… Chaque fois que tu viens à la maison, que tu viens à Cuba, tu me surprends parce que (en s’adressant à la caméra) mon compère a une discographie et une connaissance musicale de Leonel Limonta que même Leonel Limonta n’a pas de lui-même. C’est incroyable, ce monsieur colectionne tout, pas seulement la musique de Leonel Limonta, mais aussi de tous les musiciens cubains qui lui plaisent… Et il raconte la vie de ces musiciens…

Comme je te le racontais, avec la Charanga Habanera j’ai eu la possibilité de proposer ma première chanson “Extraño Ateo”.



A cette époque c’était un peu à la mode de chanter de la religion et j’ai voulu faire cette chanson (qui parle de ceux qui prétendent ne croire en rien jusqu'à ce que des problèmes surviennent). Ca a beaucoup plus a David et nous l’avons enregistre dans son premier CD professionnel en tant que Charanga Habanera. Ce fut en 1993, ca doit être écrit par là…

Leonel FC.net: Si ! En 1993 chez EGREM. En fait c’est le premier disque de ce que l’on peut appeler la Timba naissante.
Limonta: Exactement

Leonel FC.net: David Calzado avait déjà produit auparavant un disque de véritable charanga, avec des violons…Ce disque est son deuxième disque mais son premier disque de Timba, avec la Charanga Habanera.
Et qui vois-je sur ce disque ? Tu t’es trouvé au bon endroit au bon moment ?
Grace a ton talent a a ce que tu avais déjà accomplis, grâce a tes compositions, tu as rencontre Davis Calzado qui a remarqué ton travail. S’est joint a ce disque Giraldo Piloto qui est aujourd’hui le directeur de Klimax.

Limonta: Pour moi c’est le meilleur ! Je suis assez d’accord avec le fait que je me suis retrouvé au bon endroit au bon moment car j’ai rencontré Giraldo Piloto, un compositeur que j’ai toujours beaucoup respecté et qui a toujours représenté un modèle pour moi. De plus il m’a toujours donne beaucoup de conseils. Pour moi ca a été une réalisation personnelle, un accomplissement. J’adorais comment Giraldo Piloto était populaire avec “Mi Estrella” , “Me Sube La Fiebre” à cette époque… Il faut rappeler qu’il était compositeur pour Issac Delgado pour NG La Banda et ca marchait très fort. C’était un excellent arrangeur.




Leonel FC.net: Compositeur et batteur ! Il y a aussi (sur le 1er CD de la Charanga Habanera ou Leonel Limonta a fait ses debuts) un certain Manolo Gonzalez qui n’est autre que Manolin El Medico De La Salsa et Issac Delgado.



Limonta: C’est ce que je te dis

Leonel FC.net: Et il y a aussi Juan Carlos Gonzalez qui est ton acolyte.



Leonel FC.net: C’est mon frère. Il n’est pas mon acolyte, c’est vraiment mon frère. J’espère qu’il verra cette interview... Ce black… Je t’aime beaucoup ‘Negro’ !


Leonel FC.net: Juan Carlos, si tu nous écoutes de Monaco ou Menton. Tu as les salutations de ton frère !

Leonel FC.net: Laisse-moi faire une exception… Juan Carlos Gonzalez , pour moi, à l’intérieur de La Charanga Habanera, il représentait 50% de La Charanga Habanera. Les autres 50% était la partie collective de la Charanga, la partie de David Calzado et les morceaux d’autres compositeurs. Mais 50% de La Charanga Habanera de cette époque, je peux le dire assurément, était représentée par Juan Carlos. Juan Carlos avait le style distinctif qui identifiait la Charanga des ces années-là. Aujourd’hui ce n’est plus la même Charanga… Mais la force avec laquelle jouait la Charanga, cela venait de ses nouvelles idées, de sa pianistique, de sa personnalité…

Leonel FC.net: On dit que c’est lui qui a inventé les tumbaos sales
Limonta : Ces tumbaos enrichis, c’est lui. C’était vraiment particulier à la Charanga Habanera

Leonel FC.net: A cette époque le concept de Timba n’était pas encore établi, n’est-ce pas?

Limonta: Non. Ce n’était pas encore établi …

Leonel FC.net: C’était en train de naitre, c’était dans l’air, non?

Limonta: Oui, à cette époque, par exemple Irakere avait déjà laissé sa musique, comme une Timba, dans le sens d’une musique sophistiquée, conjuguée avec une section de cuivre et des rythmes ajustés. Mais là on voulait parler de Timba…
Ce fut l’époque justement ou peut-etre David, sans vouloir se mettre la dedans, a commencé à percevoir et à adhérer a ce courant.
En fait il faut ajouter que la Charanga Habanera venait d’une influence forte du monde du spectacle, parce que comme tu le sais David venait, La Charanga Habanera venait des spectacles à Monte Carlo depuis assez longtemps.

Leonel FC.net: Exactement. C’est pour cela que nous connaissons Juan Carlos (Gonzalez).

Limonta: Ils venaient vraiment de ce courant et jamais ils n’ont voulu être très agressifs. Par contre en concert, ca se voyait qu’ils étaient intéressés par ce courant qui passait a ce moment-la, mais qu’on n’appelait pas encore Timba.
On appréciait et on allait voir ces gens exacerbés jouer lors des concerts de La Charanga Habanera.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
2ème Partie : La gloire avec La Charanga Habanera et Bamboleo

Leonel FC.net: Qui a chanté “Extraño ateo”?
Limonta: Sombrilla, Mario Jimenez

Leonel FC.net: Leo Vera chantait aussi a cette epoque
Leonel FC.net: Oui, Leo Vera y etait. C’etait le chanteur principal. Il chantait “Mi Estrella” et Sombrilla etiart aussi un tres bon chanteur.

Leonel FC.net: De fait on peut dire que ce disque “Me Sube La Fiebre” est un disque fondateur de la Timba. Tous les éléments y étaient, n’est-ce pas ?
Leonel FC.net: Oui!

Leonel FC.net: Et après avec le même Leonel Limonta, on continue avec la Charanga Habanera avec la première chanson qui s’appelle « Quitate El Disfraz »



Leonel FC.net:sur le CD « Hey You Loca ». Et ca c’est encore un morceau a toi !
Limonta : Et oui !

Leonel FC.net: Pourquoi tu as appelé ce morceau « Quitate El Disfraz » (« Enlève ton déguisement ») ? C’est parce que l’époque était folle ?

Limonta : C’est ce que je disais avant. David commence à découvrir ce courant où les gens étaient extravagants. Je me rappelle que le Palacio De La Salsa (Salon Copa Room) de l’Hôtel Riviera , était très a la mode. Les orchestres passaient là-bas et David y avait un espace avec un grand public qui le suivait toujours.

Un jour Paulo FG est monté pour chanter un morceau avec La Charanga Habanera. Soudain une belle fille a senti quelque chose d’incroyable qu’elle est monte sur scène et qu’elle a commencé à se déshabiller à tel point qu’il a fallu a la sécurité de l’hôtel a du sortir pour la faire descendre.

J’étais présent et il m’est venu à l’esprit de faire une chanson. J’ai inventé une histoire dans laquelle elle était la reine de la soirée, la maitresse du Palacio De La Salsa, et j’ai fait la chanson « Maricusa, Quítate la blusa, Oye Pantañon, Dame el pantalón… » … Bon, on a inventé une histoire et ainsi fut l’origine de la chanson.

Leonel FC.net: Apres tu as composé d’autres morceaux sur ce disque ou après ?

Limonta : Les autres morceaux sont arrivés plus tard et n’ont pas été inclus dans le disque.
Il y avait “No Es Facil Lo Que Se Plantea” et “Cola Loka » :




NUBE PASAJERA

Leonel FC.net: Et maintenant le chef-d’œuvre de David Calzado et Leonel Limonta dans ce disque qui s’appelle « Pa Que Se Entere La Habana ». Sur la pochette originale il y a avait un billet de 100 Dollars Américains.


Le premier morceau, le numéro 1, est chanté par Michel Maza

Limonta : Laisse-moi te raconter une histoire…

David était en train de faire son disque suivant avec la maison de disque Miami Music (a confirmer) avec un français et un espagnol qui aimaient beaucoup la musique cubaine.

David m’a dit qu’ils voulaient confectionner ce disque très vite. Il m’a dit qu’il avait besoin de 1 ou 2 morceaux pour remplir le disque parce qu’il avait déjà quasiment terminé ses propres morceaux. Je lui ai dit mais comment va-t-on faire ? Il les lui fallait absolument alors je lui ai dit qu’on allait trouver des sujets.

Je me rappelle que j’allais dans les rues de La Havane en bicyclette, car j’aime bien me déplacer le vélo… C’est marrant je faisais la production de La Charanga Habanera en bicyclette…
Je me rappelle que j'etais avec une amie, avec laquelle j’aimais beaucoup parler et je la trouvais très attractive mais elle ne voulait pas avoir de relation sérieuse avec moi. Elle voulait bien passer des moments avec moi mais rien de plus.

Donc un jour je la rencontre dans la rue et elle monte derrière sur le porte-bagage et elle est venue avec moi pour aller à sa répétition car elle appartenait aux Guaracheros de Regla (Quartier de l’Est de La Havane, prêt du port). Nous allions donc ensemble en vélo dans le quartier de Regla, je pédalais et nous parlions jusqu'à arriver au point de décider ce que nous allions faire tous les deux...

A ce moment là une averse tropicale nous tombe dessus… Alors je me dis… Qu’est-ce que c’est que ça ? Même la nature est contre moi pour que cette petite ne reste pas avec moi ! Du coup je l’ai laissée à sa répétition et je suis parti en vélo. Et la, soudain m’est venu d’inventer cette histoire :

“ Tu caprichio de estar conmigo… (Ton caprice d’être avec moi)
Es delirio de estar con otro (c’est le délire d’être avec un autre)
Eso después de pasar
Pero es algo perdido”

Et j’ai continué à composer et tout me vient avec la musique et tout…Quand j’arrive a la maison j’enregistre l’idée vite fait et je dis a David que j’avais le premier morceau.. Ca va s’appeler « Nube Pasajera » (Un nuage passager).



Quand je le lui ai chanté, David en est reste bouche bée. Il m’a dit que c’était super bon.
Le jour suivant je lui donne la deuxieme chanson qui est « Amor de Subasta » (Amour Discount)

C’est comme ca que on fait et la chanson « Nube Pasajera » est devenue un tube en or !
Michel (Maza) a été l’unique chanteur capable de défendre ce morceau avec toute la force de la vie. Michel montait sur les enceintes de La Tropical ou a Cienfuegos sur les toits ou sur n’importe quel endroit. Et quand Juan Carlos commençait son Tumbao tout le monde savait qu’on allait chanter :
« Mojame, Matame, Pa’Que se entere La Habana »
(Mouilles-moi, Tues-moi, Pour que toute la Havane le sache)
Taka diguin diguin
Et la tout le monde devenait fou… Ca déchirait tout !
C’est pour ca que je pense que La Charanga Habanera a marqué (son temps) et a été l’avant-garde des orchestres de jeunes de cette époque, et fut l’orchestre qui a imprimé la Timba.
Je remercie beaucoup La Charanga Habanera et David Calzado de m’avoir pu permettre d’en être et d’avoir pu apprendre avec eux. Avec David j’ai beaucoup appris. David m’appelait pour chacun des morceaux que je lui apportais pour que je lui donne les premiers ‘coros’. Afin que je lui donne les idees… Il savait qu’il avait en moi une possibilite de l’aider.

Leonel FC.net: Vous avez eu une relation gagnant-gagnant (win-win).
Limonta : Ca a été un grand moment.

Leonel : Il faut se rappeler que « Nube Pasajera » est l’une des meilleurs chanson de Timba de tous les temps. Michel Maza fait son disque en solo et il l’a incluse. Sa nouvelle version est très très bonne.

Leonel FC.net: Merci de nous donner tant de détails de ta vie avec La Charanga Habanera. Ca nous permet de comprendre comment est née la Timba, la relation avec le public, comment les artistes se projetaient sur scène et tout le processus créatif.

 

BAMBOLEO

Leonel FC.net: La Charanga Habanera a été le groupe leader mais d’autres groupes de Timba sont montés en parallèle comme Paulito y su Elite. Et il y a un groupe tres important de Timba avec lequel tu as collaboré.

Tu leur as fait un disque entier pour eux. C’était un groupe récent et leur premier disque les avait déjà identifie avec un style a l’avant-garde, différent.
Mais à partir de leur 2ème CD que tu leur as composé, tu leur as imposé le style qui a fait leur succès. Nous parlons de Bamboleo et du disque « Yo no me parezco a nadie »


Cette chanson « Yo no me parezco a nadie » a été aussi l’un de plus grands succès de la Timba.



Limonta : Ce disque est une histoire brève. Comme tu le dis si bien, lorsque j’ai laissé La Charanga Habanera et que je suis entré dans Bamboleo, c’était un groupe très jeune.
David m’a demandé comment je pouvais intégrer Bamboleo si quasiment personne ne connaissait cet orchestre.

Mais le travail que l’on pouvait faire avec cet orchestre m’avait paru très intéressant, surtout en fonction de ce que je voyais, des musiciens de l’orchestre. Du coup lorsque Lazaro Valdes me le propose, je le rejoins non seulement comme représentant mais aussi comme compositeur.

Comme tu le dis, le disque « Yo no me parezco a nadie », j’en suis l’auteur. Il y a les morceaux :

• Yo no me parezco a nadie
• Si no hablaras tanto
• Amor sin traspaso
• Tu y Yo Una Misma Cosa


• Pelicula Vieja


• Cuentales
• Mirando Al Cielo
• Con Un Canto Al Pecho

Il y avait d’autres morceaux mais nous les avons retirés. Ca a été un bon moment.

Comme tu disais, leur premier disque avait été « Te Gusto o Te Caigo Bien » qui était plus jazzy, avec un peu de funk. Mais quand nous avons commencé à travailler les compostions de Limonta, la direction de Lazaro Valdes a un peu diminué. Avec la vision de Lazaro Valdes on a commencé à créer une alchimie qui a parfaitement fonctionné. A partir de la Bamboleo a commencé à décoller.

Leonel FC.net: Je crois que ca s’est cristallisé ! Ca a commencé avec « Te Gusto o Te Caigo Bien » mais le style s’est cristallise avec la collaboration de Lazarito Valdes et Leonel Limonta. Il y avait un grand protagonsite : Lazarito Valdes a apporté son travail de pianiste et arrangeur. Et il compose aussi. Mais surtout il a introduit des harmonies mineures, très intéressantes.

Limonta : C’était l’un de ces jeunes pianiste qui était aussi à l’avant-garde. Il a fait progresser la musique cubaine aussi.

Leonel FC.net
: Il a apporte encore plus de Funk et des harmonies mystérieuses.
Limonta : Oui, il a su le faire.

Leonel FC.net: Il faut parler de la ligne des chanteurs. Il y avait 2 femmes.

Limonta : Les précieuses. En vérité elles furent mes Divas. A cette époque je suis tombé amoureux de l’image que projetaient Haila (Maria Mompie), Vania (Borges), Alejandro (Borrero), Rafael (Labarrera).

Rafael Labarrera est entré plus tard. Ce fut un boom que j’ai rencontré et que j’ai poussé à chanter et que j’ai proposé à Lazaro comme chanteur. Il chantait vraiment très bien. Apres il a pris un autre chemin.

Leonel FC.net: Maintenant il est au Pérou. Il est de Bayamo. C’est un Timbero incroyable. Il compose et il avait une voix très agressive.
Limonta : Il appartenait à la même école que Michel (Maza). Ils partageaient le même style.

Leonel FC.net: Alejandro était aussi de Bayamo. Il était plus doux.
Limonta : Oui, il était plus soft, un style plus « Filin »

Leonel FC.net: Et les 2 étoiles que sont Haila Mompie et Vania Borges qui ont une manière de chanter très spéciale. Avec des timbres de voix exceptionnels. Elles sont encore les 2 grandes de la Timba.

Limonta : Le temps l‘a démontré.

Haila avec son projet personnel est reste Haila. Elle a toujours eu un tempérament et un charisme. Aujourd’hui elle est la leader d’un groupe, elle en est la chanteuse principale, elle est HAILA MARIA MOMPIE !


Et Vania est une soliste, très appréciée et très respectée dans ce pays. Dans beaucoup de pays au monde Vania est très reconnue. En plus elle est très charismatique et c’est une grande chanteuse. Elle peut chanter n’importe quoi que ça lui va toujours très bien.

Leonel FC.net: Elle vient de sortir un disque de bolero. Tu le savais ?

Limonta : Oui, bien sûr. Et en plus je l’invite dans l’une de mes productions qui est un hommage à Nino Bravo, un chanteur espagnol…

Leonel FC.net: Attends, attends, on va en parler plus tard… Vania a aussi chanté avec le groupe de Tata Guines. Elle n’est pas seulement Timbera, c’est une grande chanteuse cubaine.

LE REPERTOIRE

Leonel FC.net: Parlons un peu de ces morceaux. On a déjà dit que “Yo no me parezco a nadie” est l’un des plus grands succès de la Timba.
Un autre morceau que tu viens de réenregistrer est « Con Un Canto en El Pecho ». Un morceau tres beau.

Limonta : Ce morceau je l’ai repris car j’ai toujours été amoureux des paroles de cette chanson, de ce qu’elle exprime, les choses positives qu’elle porte.

De plus je l’ai réenregistré car j’ai pensé qu’avec la voix féminine qu’a Azucar Negra aujourd’hui, la voix d’Aylin Dallera, pour moi la meilleure de Cuba, ca allait bien fonctionner. Ca serait une version rafraichie et j’y suis arrivé.

Je sais que l’autre version te plait beaucoup mais moi je préfère cette nouvelle version. La première version fut chantée par Haila mais cette petite a une voix si claire, si mélodieuse, que cela m’inspire quelque chose de nouveau, de différent.
Finalement ca a été 2 propositions d’arrangements pour 2 chanteuses différentes : au final j’aime la version d’Haila et celle d’ Aylin.

Leonel FC.net: Le morceau « Tu y Yo Una Misma Cosa » tu l’as aussi enregistré avec Azucar Negra, non ?
Limonta : Dans le 2ème disque d’Azucar Negra (Sin Mirar Atras)

Leonel FC.net: Au final, ce disque de Bamboleo “Yo no me parezco a nadie” je le recommande. C’est un chef d’œuvre de Lazaro Valdes et de Leonel Limonta.

 

HAILA, LIMONTA et FORMELL

Leonel FC.net: Parlons de ta relation avec Haila. Ce disque est sorti en 1998, quasiment quand tu es parti de Bamboleo.
Limonta : C’est ce que je t’expliquais.

Leonel FC.net: tu as tenu une relation très privilégiée avec Haila.

Limonta
: « Ella y Yo Somos un misma cosa » ! Elle et moi sommes la même chose. Nous avons toujours eu une belle complicité. Nous sommes comme père et fille, comme frère et sœur. En réalité nous formons comme une famille.

Haila, je l’aime beaucoup. Haila m’a beaucoup aidé dans ma carrière. Si j’ai aidé Haila, Hala elle m’a aussi aidé. Nous nous sommes aides mutuellement car quand elle est devenue la chanteuse principale de mon groupe.

Quand (Juan) Formell (directeur de Los Van Van) a appris que Limonta allait monter un groupe, il est venu me chercher. Je lui ai expliqué comment j’allais faire et que la chanteuse serait Haila. Il m’a dit, tu as le talent pour écrire. Tu écris très bien. Tu es l’un des 7 meilleurs compositeurs de cuba, m’a dit Formell. Et tu as « El pitche de la novena » - « le batteur de la 9eme » (le meilleur lanceur de Baseball) et c’est Haila. Il m’a dit que cette nana allait m’assurer n’importe quel jeu. Elle pourra arriver a faire gagner n’importe quelle jeu. Si bien qu’il m’a dit d’aller de l’avant et qu’il m’aiderait par derrière. Il n’y aurait pas de probleme.
C’est ainsi que ca s’est passé... Il m’a baptisé ! Mon parrain c’est Juan Formell !
Pour moi c’est le capitaine, le commandant de la musique et des musiciens cubains.

Leonel FC.net: Ca c’est de l’histoire !

3ème Partie : La fondation de Azucar Negra avec Haila et le CD « Andar Andando »

Leonel FC.net : Donc tu viens de nous dire que tu a voulu monter ton propre orchestre en 1998 après ton travail avec Bamboleo.

Limonta : Oui. J’ai beaucoup collaboré avec Bamboleo et Lazaro Valdes. Mais j’ai senti la nécessité de me retrouver, et de faire ma vie de manière indépendante.
Lorsque je me manifeste pour créer mon groupe, comme je te le disais, (Juan) Formell l’apprend et viens me chercher chez moi et me demande de lui expliquer ce que je suis en train de faire. C’est une personne qui remarque les artistes et les suit de près. C’est à ce moment que je me suis rendu compte qu’il me suivait comme compositeur. Lorsqu’il me dit qu’il veut m’aider, il me demande ce dont j’ai besoin. Je lui ai répondu que j’étais déjà content et heureux d’avoir reçu la confirmation de sa part que j’avais tout le potentiel pour monter un groupe, que j’avais la capacité de composer, que j’avais la meilleure chanteuse et de très bons musiciens. J’étais rassuré qu’il veuille et puisse m’aider. Tu imagines.
Pour moi la Musique Populaire Dansante à Cuba, ça se résume à Juan Formell et Los Van Van. Il y a probablement des gens qui n’aimeraient pas m’entendre parler ainsi, mais pour moi c’est la cathédrale de la Musique Cubaine.

Du coup il m’a offert une basse. Une basse Fender. Il m’a offert sa propre basse.

Je l’ai gardée ici, ca a été notre première basse. C’est une relique que je garde précieusement. Une basse blanche.

Je lui ai demandé que son aide se concrétise par la possibilité de jouer en première partie de Los Van Van le 8 Avril 1998 au Palacio De La Salsa, en tant qu’invité et avec leurs instruments. Et lui il l’a pris comme argent comptant. Il s’est organise très vite avec sa production et tout s’est passé comme ca.

Ensuite Azucar Negra a pu faire son chemin tout seul mais avec l’aide de bien d’autres…
Je dois remercier non seulement Juan Formell, mais aussi Jose Luis Cortes. Je dois aussi remercier Paulo FG avec qui nous avons partagé la scène du Palacio de La Salsa pendant 3 soirées.

Je dois remercier David Calzado car c’est à partir de son orchestre que je me suis intégré et que j’ai appris. Je dois remercier Lazaro Valdes et Bamboleo car c’est l’orchestre qui a fini par me montrer et qui m’a catapulté pour faire ce que je voulais faire. Je dois remercier tous ceux qui ont aidé le projet d’Azucar Negra.

A partir de ce moment, que l’orchestre a été approuvé par les institutions avec sa musique et ses statuts, c’est là que Limonta commence à former un groupe de travail professionnel, a faire des tournées dans tout le pays et a devenir populaire. Nous avons gagné le titre de L’orchestre de l’Année (1998). Ca a été très important. A partir de la tu connais l’autre partie de l’histoire...

LES FONDATEURS

Leonel FC.net
: Quels furent les premiers musiciens d’Azucar Negra ? Quel fut le premier bassiste ?
Limonta : Le premier bassiste fut Rafael Vargas.

Leonel FC.net: Il faisait les arrangements aussi ?
Limonta : Il a fait les arrangements de « No Me Parezco a Nadie ». Il avait été aussi bassiste de Bamboleo avant de devenir mon bassiste.

Leonel FC.net: Et le premier pianiste ?
Limonta : Au piano, Reinaldo Ceballo qui vit maintenant en Pologne avec un groupe qui s’appelle…

Leonel FC.net
: Calle Sol !

Limonta : Calle Sol, si ! Un très bon pianiste. Il est (de la province) oriental. Du coup le tumbao qu’il imprime, ce ne bouge pas d’un fil. Sa manière de jouer définissait vraiment les morceaux. Vraiment ses tumbaos identifiaient le style et les morceaux. Je crois qu’il fut l’un des créateurs du style rythmique d’Azucar Negra.
Je crois que c’est avec lui, Rafael et les percussionnistes de l’époque..

Leonel FC.net : Qui sont ils ?
Limonta : Je crois que ce fut Pepito (José "Pepe Salsa" Espinosa) aux Timbales, « Pepito Salsa » qui vit actuellement en Espagne.

Andresito (Andres Gonzalo Gavilan) était le Conguero qui joue aujourd’hui avec Los Jovenes Clasicos Del Son (à noter qu’il fut le Conguero de Bamboleo avant Azucar Negra) .
A la batterie il y avait Pavel qui aujourd’hui est le batteur de Haila.

Aux cuivres il y avait Jorge Luis Apparecio « El Gallo » au saxophone, Dunier Bessu à la trompette qui est l’un des fondateurs qui continue avec moi (apparemment il serait passé entre temps chez Bamboleo) , Toni qui est maintenant saxophoniste chez Bamboleo, et Pavel (Diaz) a la trompette qui est désormais aux USA
C’était une section de cuivre avec une justesse parfaite !

Pour le chanteurs il y avait, figures-toi, Pepito (Jose « Pepito » Gomez), fondateur de Azucar Negra !

Leonel FC.net : Il y avait aussi Aldo Miranda (Adalberto Alvarez) qui est peut-être entré un peu plus tard mais qui a fait des tournées avec toi…
Limonta : En effet, Il y a eu aussi Alexander D’Lara qui a fait son propre groupe desormais..
Avant d’arriver à cette ligne de chanteur j’avais fait un casting. Parmi lesquel on avait garde Pedro Jésus (Salsero de Manzanillo actuellement aux USA) qui a fini par faire sa carrière solo.

Leonel FC.net : Comment est entrée Tania dans Azucar Negra ?
Limonta : Tania est entrée à cause de la grossesse de Haila en 2000-2001.

Leonel FC.net : Mais n’allons pas si vite. D’abord tu sors ce disque promotionnel « Vengo De Estreno » aux USA avec l’aide de Kevin Moore de Timba.com


Limonta : Oui. Kevin m’a beaucoup aidé. Cet homme est l’encyclopédie de la musique cubaine aux USA.
Leonel FC.net : Ce disque est tres difficile a trouver car MP3.com n’existe plus comme maison de production discographique. Il y a sur ce CD des morceaux qui seront réenregistrés ensuite comme :

Vengo De Estreno



Te Traiciono El Subconciente

Eres Como Yo




Tan Solo Tu




Almas Disfrazadas

Limonta : « Almas Disfrazadas » est un morceau que nous avons fait pour la campagne de lutte contre le SIDA avec Médecins Sans Frontières. Nous avons fait cette chanson et les medecins nous ont supporte. Ils ont fait un truc très sympa avant chaque concert : on distribuait plus de 1000 préservatifs avec leur boites qui disaient a l’extérieur « Almas Disfrazadas – Azucar Negra ». Mais quand tu ouvrais, il y a vait la capotte mais aussi un feuillet avec les paroles de la chanson. Génial ! Du coup les gens attendaient beaucoup ces concerts parce qu’on avait la chanson un peu osée qui disait :

« Cuchi Cuchi No, Cuchi Cuchi No,
Sin condom, Sin condom ,
Sin condom no voy, no voy»

Et les gens chantait ca pendant que d’autres distribuaient les préservatifs. Et ca a bien marché ! Ca a beaucoup aidé la campagne.

Leonel FC.net : La Charanga avait fait le morceau « Usa Condom » je crois..
Limonta : « Usa Condom », oui !

Leonel FC.net : Tu as fait « Cafe Con Leche » mais plus tard tu vas faire « 3 de Azucar con 2 de Cafe »
Limonta : Oui, mais avec Tania.

Leonel FC.net : Ok. Passons maintenant à ton premier disque (officiel) d’Azucar Negra avec la formation de la grande époque de Azucar NEgra

Limonta : « Andar Andando » !

Leonel FC.net : Ce disque est sorti en 2000 avec Haila au chant.
Limonta : « Andar Andando » est une grande chanson.




Leonel FC.net
: Oui. Les 3 premiers morceaux sont des poèmes. Tu es un poète et tes paroles parlent de l’humanité, des choses belles de la vie, de l’amitie, de l’amour et de la paix. Tu souhaite donner du bonheur aux gens ?





Limonta
: C’est mon engagement. Je me suis engagé auprès du public à donner le meilleur des messages. Nous autres les compositeurs nous avons cette responsabilité. Nous nous trouvons dans un contexte social et nous devons extraire ce qui nous touche dans ce contexte pour le convertir dans une chose positive. Et cette chose positive on doit l’arborer. Lever l’étendard de la paix, de la beauté, du bonheur, de la joie.. C’est comme ca !

Leonel FC.net : Hier j’ai rencontre Pascualito Cabrejas de Tumbao Habana et il me disait qu’il devait faire quelques morceaux romantiques car si je ne chante pas a l’amour, alors on va tous finir par se faire la guerre tellement nous sommes brutaux.

Limonta : C’est un très bon compositeur et une belle personne.
Leonel FC.net : En tout cas ces valeurs transparaissent dans tes chansons. Tous les Timberos ne sont pas comme ca ! C’est pour ca que je te dis que tu es un poète. Il y a des Timberos qui font des morceaux très agressifs, osés, voire même vulgaire parfois, ou il peut arriver que ca n’ait aucun sens. Ils lancent des coros et se limitent à ca.

Limonta : Merci, laisse moi te dire que je me suis laissé entrainer dans ce courant que tu dis, et je me suis dit qu’il fallait adoucir un peu la Timba. Mais là les gens m’ont interpellé et m’ont demandé ce qu’il m’arrivait. « Ca y est ! Tu n’es plus provocant ? ». Et c’est pour ca qu’à l’heure actuelle j’ai composé des thèmes plus agressifs.

Leonel FC.net : Oui, je sais.. On va en parler… Chaque chose en son temps…On ira au Zoo après … jajajaja !
Ce disque « Andar Andando » est aussi un chef-d’œuvre !

Limonta : Ce CD a reçu de nombreux prix. Meilleure Première Œuvre (Opera Prima), Prix du meilleur Design, etc. Ca a été le disque le plus primé à Cubadisco cette année là.

Leonel FC.net : Les protagonistes sont Haila, Alexander D’Lara, Aldo Miranda(Adalberto Alvarez), Monica Mesa (ex NG La Banda), l’épouse de Jorge Luis “El Gallo”, Dunier à la trompette, Yoel Cuesta aux percussions et il y a aussi le fameux Maikel Zamora !
Limonta : Le fou ! Un batteur talentueux, sympathique et très charismatique.

Leonel FC.net : Et il y a un grand pianiste qui vous rejoint a cette époque, c’est Aismar Simon !
Limonta : Aismar Simon est parmi les jeunes de l’avant-garde l’un des 5 meilleurs. Il a travaillé avec Azucar Band, (Denis y su Swing), et maintenant il est en Europe.

ENRIQUE LAZAGA y LA RITMO ORIENTAL

Leonel FC.net : Regarde comme invité tu as Enrique Lazaga de la Ritmo Oriental. Quel est ta relation avec Enrique Lazaga ?
Limonta : Enrique Lazaga est comme mon Papa. Depuis que je travaillais dans l’industrie alimentaire, j’allais aux répétitions de La Ritmo Oriental. Pour moi, dans ce type d’orchestre (Charanga), c’était le meilleur ! Ils avaient la meilleure polyrythmie, les meilleurs chanteurs… C’était l’époque où il y avait David Calzado au violon dans la Ritmo Oriental, Toni Cala (NG La Banda) come chanteur…

Leonel FC.net : Il y avait Daniel Diaz aux Timbales
Limonta : Ils avaient une polyrythmie incroyable avec Lazaga et son Guiro, le conguero (Juan Claro) et le timbalero (Daniel Diaz), Ce qu’ils montaient était grandissime. Ils s’entendaient parfaitement bien et il me faisaient me lever de ma chaise avec un swing impressionnant.

Leonel FC.net : Incroyable pour une charanga ? Avec autant d’energie, de folie, d’agitation..
Limonta : c’est comme Juan Crespo Maza qui chantait très bien. Il m’enchantait.

Leonel FC.net : « Azucar a Granel », « Baile de Azucar », …
Limonta: “Mi Socio Manolo”, ..
Leonel FC.net: “Bailando Asi”

Limonta chante…

Leonel FC.net : Donc c’est un orchestre qui t’a influencé ?
Limonta : Oui, ils m’ont beaucoup influencé.

Leonel FC.net : Continuons avec « Andar Andando ». Il y a une Cumbia « Habana Lima » !



Limonta: Oui c’est une cumbia-fusion . J’ai eu beaucoup de plaisir à la faire. Ca a été une histoire assez belle.

J’étais au Pérou avec Haila, nous avions fait une conférence de presse avec la presse écrite et la télévision.

Apres avoir visité Lima nous somme aller dans un quartier qui m’a beaucoup impressionné pour sa culture et la manière de vivre des gens.
Du coup pour le monsieur qui nous avait fait venir et qui voulait faire revenir l’orchestre, j’ai voulu faire un hommage à ce quartier que j’avais visité. Et j’ai fait la chanson. Nous nous sommes allés mais j’ai enregistre ce morceau pour qu’ils en fassent la promotion là-bas afin qu’ils se rappellent de nous.

Leonel FC.net : En 2001, quand je t’ai connu, il y avait « El Nene » comme chanteur qui l’interprétait.

Il y a une autre chanson qui m’enchante c’est « Tan Solo Tu » : c’est un duo !



Limonta : Avec Aldo et Haila ! On me demande de la réenregistrer… Je crois que je vais la refaire. C’est une ode, un chant à l’amour. Cette chanson a une histoire..

Cette chanson je lai faite parce qu’il y avait un éditeur qui vivait en Italie. Quand il est venu à Cuba il était intéressé par rencontrer des compositeurs et on m’avait sélectionné. Et ce monsieur m’a proposer de composer pour Eros Ramazzoti. Et cette chanson fut la première qui me soit parvenue.

Ensuite le contrat ne s’est pas réalisé. Alors je me suis dit que cette chanson n’allait pas se perdre. Et je l’ai monte avec Azucar Negra.

Leonel FC.net : C’est encore mieux comme ca !
Limonta : Comme ca elle reste à la maison !

Leonel FC.net : Comme quoi on peut être Timbero mais avec des sentiments,

 


4ème Partie : le CD « Andar Andando » et Tania Pantoja



Transcription à suivre…



5ème Partie : Aylin Dallera et les CDs « Sin Mirar Atras », « Toque Natural »



Transcription à suivre…


6ème Partie : Rusdell, Dayan, les CD « Exceso de Equipaje » et les nouveautés



Transcription à suivre…