En embuscade avec le franc-tireur de la Timba : TIRSO DUARTE

Écrit par Leonel le . Publié dans Approfondir

Tirso a partagé avec nous quelques heures d'une folle virée de Timba, entre ses projets, sa famille et ses rencontres avec Leonel Limonta, Pedrito Calvo et Alexander Abreu...Mais ou est donc Tirso Durate?... Et bien, Tirso est bientot en Europe!

J’avais rendez-vous avec l’une des figures les plus célèbres de la Timba, un personnage atypique, surprenant, trépidant et indépendant… trop peut-être… Tirso Duarte m’attendait avec sa muse Iala à l’auditorium de Guanabacoa pour une virée de Timba mémorable.

Nous sommes passés rapidement à la maison de Leonel Limonta pour des raisons personnelles et la rencontre fut une retrouvaille entre Tirso et Limonta… Figurez vous que Tirso était présent aux 15 ans de la fille du poète de la Timba, il y a déjà quelques années.

Tirso Duarte et Leonel Limonta

Les deux compères s’embrassent et nous sous asseyons pour boire une bière et écouter la dernière production de Azucar Negra en hommage à Nino Bravo.

Tirso Duarte est petit à petit enthousiasmé, subjugué par la beauté des mélodies et l’espace offert par les arrangements signés Leonel Limonta et Julio César Hernandez.
Tirso sourit, mime les accents rythmiques et les changements harmoniques lorsque soudain Tirso se dresse et se met à chanter « America » avec une puissance inégalée et des étoiles dans les yeux.

Il en va de même pour la chanson de Nino Bravo interprétée par Dayan Carrera « Un Beso y Una Flor ».

Il ne manque que « Mi Barrio » pour réveiller la ‘guaperia’ de Tirso et lui donner envie de chanter avec Azucar Negra.. Son ‘coro’ est déjà prêt, son inspiration est à son comble mais il faut déjà partir … Limonta lui offre gracieusement le CD-DVD ‘Exceso de Equipaje’

En route pour La Casa De La Musica de Musica, Tirso continue à chanter et à dicter ses idées à Iala, à qui il a dédié une chanson dans le CD « Timba Cubana ». Iala est aussi musicienne mais aussi la fille de Batule, l’ex-ingénieur du son de Issac Delgado et désormais de Habana D’Primera.

A peine arrivés, l’orchestre de Pedrito Calvo, ex-chanteur vedette de Los Van Van, commence son concert avec un Pedrito Calvo bien accompagné à une table dans le public.

090222_tirso2

C’est un peu « Retour Vers Le Futur » car l’orchestre ressemble en tous points à Los Van Van, avec 1 baby-bass à gauche avec 3 trombones juste derrières, un piano au centre comme ‘Cucurrucho’, un batterie au fond, une flute et 3 violons à droite, et 4 chanteurs devant !

090222_tirso3

L’illusion est d’autant plus confondante que Pedrito offre un grand retour à un autre Vanvanero « Mayito El Flaco » !

Mayito El Flaco

Même si Pedrito Calvo semble prisonnier artistiquement de sa carrière au sein de Los Van Van, et que le répertoire est essentiellement basé sur ses succès d’antan comme « El Negro Esta Cocinando », « Marilu », « Se Muere La Tia », « Eso que anda », « Sera que se acabo », l’orchestre est très bien huilé, le son est spectaculaire et l’ambiance est de la fête.

Au début du concert un chanteur ‘black’ de reggeaton monte sur scène et improvise passablement sur un ton monocorde au point que l’un des chanteurs de Pedrito Calvo le provoque et lui demande de chanter avec la musique.

090222_tirso5

Cola Loca s'invite chez Pedrito Calvo

L'espace d'un instant je crains que le jeune black tondu ne le prenne mal et que tout cela ne finisse en bagarre mais surprise… c’est un coup monté ! C’est alors que le chanteur tombe le masque et commence le tube à la mode de Cola Loca « No me da mi gana americana»!

La Casa De La Musica s’embrase et Pedrito monte sur scène. Le nouveau directeur musical est le pianiste qui fructifie le travail exceptionnel réalisé par Arnaldo Jimenez, celui qui a remis la Nueva Justicia sur les rails du Tren.
Tirso, vanvanero dans l’âme, ronge son frein et finalement se decide à monter sur scene ! Il rend un vibrant hommage à Pedrito Calvo en lancant le coro « Pedrito es la Musica Cubana » !

Tirso epoustouffle Pedrito

Tirso epoustouffle Pedrito

Tirso fait monter la sauce, chauffe la salle et dévoile son coffre impressionnant !

Coutumier et friand des invitations sur scène au dernier moment, il exulte, il jubile et comme à son habitude il ramène son improvisation aux deux thèmes qui l’identifient à La Havane :« Olvida la pena, olvidate del negocio… » et « Eso es… Para que nada te pueda pasar » avant de passer derrière jouer au piano afin de ne pas en perdre une miette.

Apres le concert nous filons à « La Parillada » juste à côté de La Casa De La Musica de Miramar. Là, Tirso prend le temps de nous dévoiler ces projets, pour les semaines qui viennent, dans cette vidéo quelque peu renversante :

Tirso nous annonce qu’il part très prochainement, au mois de Mars jusqu’au 10 Avril, en Italie pour jouer son répertoire, Timba Cubana et Fin Del Juego, avec son épouse Iala au piano, son beau-père ingénieur du son et des musiciens cubains résidents en Italie comme le grand Aisar Simon , ex-Azucar Negra..

Décidemment le monde est petit.
Je lui demande ensuite, à propos de son slogan

« Yo soy Tirso Duarte, El que se oye en todas parte »
(« Je suis Tirso Duarté, celui qu’on entend de tous les côtés »),

si au final on ne l’entend « en ninguna parte » (nulle part).

En effet, Tirso chante avec Pachito Alonso, NG La Banda, Alain Daniel, a chaque occasion qui se présente sur la scène des autres.. Mais jamais sur la sienne… Mais où est donc Tirso ?

Il me répond qu’il en est conscient et qu’il pense remonter un orchestre à son retour de tournée en Italie. L’avenir dira s’il se stabilisera et s’il réussira à maintenir un orchestre…
Rien n’est moins sûr… dommage !

Apres un dîner au restaurant « Los Imperadores » où Tirso a chanté avec un duo de guitare et violon pour Iala, nous sommes retourné à La Casa De La Musica De Miramar afin de rejoindre son beau-père et voir un autre ami en commun de Guanabacoa : Alexander Abreu et Habana D’Primera !

Alexander est enchanté d’avoir été primé comme meilleure révélation de l’année 2008 par www.fiestacubana.net,


Il nous annonce que finalement il ne partira pas en Italie au mois de Mars comme prévu et qu’il a retravaillé la masterisation de son nouveau CD « Haciendo Historia »…

Refaire l’histoire prendra donc plus de temps mais personne ne sera déçu !