[Interview] - Yoel Marrero et le Casino - commentaires

Cours, stages. La salsa cubaine n'aura plus de secrets pour vous.
Avatar du membre
pbooj
Gold
Gold
Messages : 1382
Enregistré le : sam. août 26, 2006 7:00 am
Localisation : Paris / Aix ça dépend !
Contact :
Status : Hors ligne

Re: [Interview] - Yoel Marrero et le Casino - commentaires

Message par pbooj » ven. déc. 24, 2010 12:13 pm

Dernier message de la page précédente :

Leonel a écrit : Rappelons-nous aussi qu'il ne s'agit là que d'un divertissement... Alors il vaut mieux prendre ses distances tout autant des marchands du temple que des intégristes...
Exactement c'est ce que j'aurais aimé dire. Un divertissement, un loisir, un partage à trois musique, danseur et danseuse. J'ai l'impression que beaucoup sont choqués par ce qu'ils voient dans les discothèque de Miami à Paris. Pourquoi ? Parce qu'ils regardent la piste. Perso quand ça ne me plaît pas je ne continue pas de regarder pour m'irriter, je regarde ailleurs et j'écoute la zique. A l'inverse lorsque je danse je me fous du regard des autres car un seul m'importe celui de la personne avec qui je danse. C'est comme cela que je profite de l'instant présent partagé.
Maintenant je comprends aussi que d'autres prennent leur plaisir dans l'étude prolongé comme dit Léo :
que l'élève accepte avec humilité et patience le long chemin que cela représente d'intégrer le mouvement... les accents justes !
ou faisant de l'interview de Yoel une référence. Chacun son truc. C'est pour cela que je n'ai pas beaucoup fréquenté les cours de danse pour leur préférer les concerts ou les bals.
Modifié en dernier par pbooj le ven. déc. 24, 2010 1:43 pm, modifié 1 fois.


http://dicidense.free.fr/ Listen with your feet, dance on your ears. pee-poo-gee pmove pmueve pbouge pbooj πR


Avatar du membre
dobleF
Gold
Gold
Messages : 1001
Enregistré le : jeu. déc. 22, 2005 8:00 am
Localisation : paris
Contact :
Status : Hors ligne

Re: [Interview] - Yoel Marrero et le Casino - commentaires

Message par dobleF » ven. déc. 24, 2010 1:43 pm

Leonel a écrit :
Un seul vrai remède : l'immersion à Cuba !

Il y a toutefois désormais en France de nombreux professeurs excelents, Cubains ou francais et un dynamique qui permet une vraie transmission, a la condition que l'élève accepte avec humilité et patience le long chenmin que cela représente dintégrer le mouvement... les accents justes !
Rappelons-nous aussi qu'il ne s'agit là que d'un divertissement... Alors il vaut mieux prendre ses distances tout autant des marchands du temple que des intégristes...
Tu as tellement raison Leonel et en tant que quasi résident tu es crédible dans ton discours ;-)
Ce chemin peu de gens sont prêts à le faire et les étapes pour gagner de l'argent grace à la salsa se grillent trop facilement, ici comme à Cuba d'ailleurs... les élèves en sont les premieres victimes et on en arrive à un niveau général parfois cata.
Paradoxalement d'autres danses comme la rumba, l'afro ou le son connaissent un essor en parallèle du casino.Le public est différent et plus "danseur".
Après sur Yoel, son discours peut en froisser quelques bien pensants mais le fait est que son argumentaire est fourni, justifié, basé sur beaucoup de vécu et d'analyse ce qui en fait un témoignage tout à fait crédible.
D'autant plus que défendre le vrai "casino" en vivant à Miami n'est pas son intérêt économique.Adapter son discours à la population locale serait beaucoup plus rentable.

tragopogon
Bronze
Bronze
Messages : 94
Enregistré le : dim. mars 07, 2010 5:30 pm
Status : Hors ligne

Re: [Interview] - Yoel Marrero et le Casino - commentaires

Message par tragopogon » ven. déc. 24, 2010 3:09 pm

Leonel a écrit :Il y a toutefois désormais en France de nombreux professeurs excelents, Cubains ou francais et un dynamique qui permet une vraie transmission, a la condition que l'élève accepte avec humilité et patience le long chenmin que cela représente dintégrer le mouvement... les accents justes !
Rappelons-nous aussi qu'il ne s'agit là que d'un divertissement... Alors il vaut mieux prendre ses distances tout autant des marchands du temple que des intégristes...
Il me semble que malheureusement la première et la seconde partie sont parfois peu compatibles. #-o

Je m'explique, je suis quasi débutant (1 an de salsa) et parmi les cours que je suis se trouve un cours « débutant » que je placerais clairement dans ceux que cette première partie désigne (i.e., authentique). Personnellement, j'adore ! :mrgreen:

Mais il faut avouer que je suis content de ne pas suivre que ce cours, parce que pour les autres qui cette année, après 3 mois, ont apris beaucoup sur la posture, les appuis, parfois même la respiration, le rythme, les déplacements, mais qui n'ont eu droit qu'à 2h de danse en couple (et donc ne peuvent résolument pas se divertir en soirée), pas certain qu'on les revoit en 2011 pour poursuivre ce « long chemin »... :cry:
dobleF a écrit :D'autant plus que défendre le vrai "casino" en vivant à Miami n'est pas son intérêt économique.Adapter son discours à la population locale serait beaucoup plus rentable.
Juste une remarque, sans mettre en doute les intentions de YM : se distinguer du lot en choisissant une posture radicale peut aussi être tout à fait « rentable ». ;)

Avatar du membre
Leonel
Staff
Staff
Messages : 2866
Enregistré le : ven. nov. 18, 2005 8:00 am
Localisation : Antibes
Status : Hors ligne

Re: [Interview] - Yoel Marrero et le Casino - commentaires

Message par Leonel » jeu. déc. 30, 2010 9:15 am

Comme je te comprends ! Pourtant la réalité est qu'une approche dite 'authentique' est rarement intéressante économiquement et la raison est assez facile a comprendre : pourquoi un éleve en occident se compliquerait a assimiler l'ensemble des rythmes, des appuis et des mouvements Afro-cubains (imprégnant la culture des natifs de Cuba des leur plus jeune âge) si on trouve a coté de chez soi une multitude de cours qui font peu de cas du rythme, des accents, des attitudes, du vocabulaire chorégraphique, de la fluidité du mouvement mais ou tout le monde se retrouve, s'amuse en ricanant et singeant bêtement une danse et une culture mal apprise ! Peu importe, "on ne se prend pas la tête".
Il n'y a pas de secrets.. Si les cubains ont un style propre c'est qu'ils ont appris depuis tout petits, souvent dans les casa de la cultura dont parle Yoel Marrero,ou les professeurs enseignent tous les rythmes (Danzon, Bolero, Son, Mambo, Casino, Guaguanco, Conga, Merengue, Cumbia, etc.). De plus les Musiques Cubaines sont omnipresentes , a la Télévision, a la Radio, dans les nombreuses occasions de la vie quotidienne : le moindre prétexte est bon pour augementer le volume de la sono et pour danser. Un aniversaire, une promotion, la visite d'un parent, une bone note, un coup de bonne humeur, un petit coup de trop.. jajajajaja..
A Cuba, la musique et la danse se pratiquent bien moins dans les écoles de danses que dans les patios ! Elles font partie intégrante de la vie depuis le plus jeune age...

Alors comment se rapprocher de ce style sans avoir grandi la-bas ?Certainement pas en se contentant de peu vu le retard pris ! :wink:

Il convient donc de savoir quelles sont ses motivations réelles.. Il s'agit de décider si on pratique la Salsa comme un hobby social, un sport ou si il s'agit d'un passion plus profonde qui recherche l'intimité avec une musique, une culture, l'adhésion a des codes esthétiques, a une ambiance !

Si c'est le cas alors autant ne pas perdre son temps et aller dans ces cours dit 'authentique' ou il est évident que le professeurs come les éleves ont cette passion de la chose cubaine, voyagent a Cuba, se passionnent pour toutes les danses, les musiques, l'argot !
S'il s'agit d'un cours ou seul le professeur ou le clan sont célébrés, changez d'addresse !

Ceci dit un cours soit-disant "authentique" n'est pas nécessairement austère et peut se révéler tres ludique !
Ça peut prendre la forme de Salsa Suelta et quelques passes très basiques peuvent être abordées aussi !
J'ai personnellement eu la chance de commencer avec une professeur de danse Cubaine qui au dela du gout des rythmes, nous a communique tout autant le gout de la culture et de la Fiesta dans le respect culturel !

Ceci est un tout : Musique, Danse et Fiesta ! Si on enleve un des ingredients, on perd la perspective globale... et la vraie saveur !
On ne parle pas de la gymnastique !

Je suis sur qu'il existe maintenant nombre de professeurs qui ont cette approche en France. J'en connais un certain nombre, des cubains mais aussi des francais qui ont fait de nombreux pelerinages a Santiago de Cuba ou a La Havane pour s'impregner ala source...

Je crois personnellement que l'imprégnation aussi par la musique est essentielle et elle permet de travailler en profondeur les pas de base tout en s'amusant

Le travail des appuis sur les differents pas de base, sur des Son, des Mambos, des Salsas, des Pilons, des Congas enrichit la perception du danseur tout en lui faisant découvrir de nombreuses saveurs. Et ca en s'amusant !
Evidemment l'immersion a Cuba fait aussi des petit miracles pour capter ces détails, meme pour des débutants... J'en parle en connaissance de cause pour avoir accompagné en 2006 une école de danse a Santiago et Bayamo...
Et on a pu voir des gens se métamorphoser en quelques jours alors qu'un an de cours n'avait su libérer ce style propre a la danse cubaine.
Malheureusement ceci n'est pas a la portée de toutes les bourses... :roll:

Je ne crois pas qu'il y ait contradiction entre la recherche d'un cours authentique et la recherche du plaisir et de l'amusement...
Bien au contraire.. Les plaisirs sont décuplés quand le mouvement, la conscience et le ressenti sont en harmonie avec la musique et la compréhension collective de ce qui se joue ! D'ou la quasi transe dans certains concerts !
L'investissement dans des cours cors authenetique est un gain de temps sur le long terme...
Je suis un vieux témoins de dizaines et de dizaines de jeunes danseurs qui ont cédé aux sirenes de la Salsa Facile, la passe a tout va, la salsa comme phénomene de groupe, de clan qui apres 10 ans de cours sont toujours en dehors du rythme, ont des appuis chancelant, ne comprennent pas ce qu'est un Tumbao et tiennent encore des discours savant d'experts sur ce qu'est la Salsa.. Je suis litteralement submergé d'énergumenes de ce genre .. le pire est que certains croient dur comme fer qu'ils dansent la salsa Cubaine et ils sont la risée depuis des années des cubains qui les connaissent ou qui les regardent ! Je me demande a qui ont servi ces 10 ans de cours si ce n'est l'enrichissement personnel de l'escroc qui leur a donné des cours...

Désolé de parler cru, mais le minimum de respect est de dire au moins cet aspect d'une réalité..
Ma femme étant cubaine, je suis aux premieres loges de nombreux commentaires et mon exposition reguliere et ancienne a la chose cubaine m'ont ouvert les yeux... meme si je ne suis pas moi-meme un imnse danseur !


Avatar du membre
Kiriku
Staff
Staff
Messages : 7374
Enregistré le : mar. déc. 06, 2005 8:00 am
Localisation :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: [Interview] - Yoel Marrero et le Casino - commentaires

Message par Kiriku » mar. janv. 04, 2011 3:09 pm

Comme on l'a précisé en introduction de l'interview avec Ricco, attention à ne pas prendre pour argent comptant tout ce qui est dit, mais essayer d'en en tirer la substantifique moelle pour sa réflexion personnelle.

Comme je l'avais rappelé également plus haut, les propos de Yoel sont à prendre avec des pincettes.

Que vous préfériez les boissons alcoolisées ou le Canada Dry, voire les deux, cela vous regarde, car les goûts et les couleurs appartiennent à chacun... tant que vous savez ce que vous buvez, faites-vous plaisir... La vérité du goût de la boisson n'existe que pour celui qui lève son verre.
A la santé de tout le monde...

Tonton tu as su prendre ce recul, et tes retours accompagnés de ton expérience et de ta sagesse sont un régal pour qui prennent le temps de te lire, et une vraie plus-value sur les sujets abordés !
Merci !
faites vivre votre passion et la passion vivra

Avatar du membre
raymondo972
Ivory
Ivory
Messages : 475
Enregistré le : mer. mars 01, 2006 8:00 am
Localisation : Montpellier
Contact :
Status : Hors ligne

Re: [Interview] - Yoel Marrero et le Casino - commentaires

Message par raymondo972 » ven. janv. 07, 2011 6:46 pm

Intéresant cet article ! Bon travail les gars!

C'est une démarche qui n'est pas inintéressante mais c'est à l'opposé de ma vision du casino et de la danse en général.
Pour moi les danses sont comme les langues, et seules les langues mortes n'évoluent pas. Je comparerai cette démarche à celle d'un linguiste qui tenterait de purifier le parler d'aujourd'hui pour retrouver celui de son enfance... Vaste programme!

Avatar du membre
Kiriku
Staff
Staff
Messages : 7374
Enregistré le : mar. déc. 06, 2005 8:00 am
Localisation :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: [Interview] - Yoel Marrero et le Casino - commentaires

Message par Kiriku » mar. janv. 11, 2011 2:04 pm

Merci Ray !

Savoir d'où l'on vient pour comprendre où l'on est, et comment aller là où on va plutôt qu'ailleurs ;)
faites vivre votre passion et la passion vivra

Avatar du membre
Leonel
Staff
Staff
Messages : 2866
Enregistré le : ven. nov. 18, 2005 8:00 am
Localisation : Antibes
Status : Hors ligne

Re: [Interview] - Yoel Marrero et le Casino - commentaires

Message par Leonel » mar. janv. 11, 2011 2:37 pm

raymondo972 a écrit :Intéresant cet article ! Bon travail les gars!

C'est une démarche qui n'est pas inintéressante mais c'est à l'opposé de ma vision du casino et de la danse en général.
Pour moi les danses sont comme les langues, et seules les langues mortes n'évoluent pas. Je comparerai cette démarche à celle d'un linguiste qui tenterait de purifier le parler d'aujourd'hui pour retrouver celui de son enfance... Vaste programme!
Quel bonheur de lire les mots de notre vieil ami Raymundo ! Welcome back et bonne année !

Je suis assez d'accord que les expressions artistiques devraient rester vivantes...

Je ne sais pas si j'ai bien compris tout le sens du discours de Yoel Marrero mais il peut être légitime de défendre l' identité d'une pratique comme les agriculteurs francais défendent leurs Appellations d'Origine Controlée...

Ouvrir une pratique sur des influences extérieures lui permet d'évoluer, de se réinventer et de se perpétuer, à condition de respecter l'essence même de cette pratique.
Certaines évolution peuvent dénaturer la pratique et il conviendrait alors de la renommer...

Du coup il me semble légitime de défendre le Casino et de l'opposer a la Salsa Miami Style , si cette dernière pratique dénature l'essence même du Casino.
Ce sujet est alors très difficile a trancher car il s'agit de questions de nuances parfois subtiles... dont je n'ai certainement pas l'expertise pour tirrer des conclusions.

Cependant, j'ai eu la chance de rester assez de temps à la fois à Miami et à Cuba et j'ai observé à quelques reprises le travail de Henry Herrera.. Pour il ne fait aucun doute qu'il est capable de danser un bon Casino (selon mes critères empiriques et non-experts) MAIS le mouvement qu'ils developpe s'éloigne clairement de l'esprit et de la lettre de la danse de Casino que j'observe à Cuba.

Alors ca ne me choque pas d'appeler un chat un chat.. les vaches seront bien gardées ! :wink:

Ceci dit, je regardais hier soir Cubavision et les competitions de Casino... Il y avait mon grand pote BUSTAMENTE en compétition.. Ce danseur de la Farandula est un sacré fêtard .. il apparait a la fin des Vidéos de Combinacion De La Habana dans l'article pote en premiere page...
J'adore son style, débridé, foufou, tous les mouvments de son corps, son auto-dérision et son sens du jeu... Je ne suis pas sur qu'il respecte l'orthodoxie de Yoel Marrero MAIS j'adore son style !

J'ose espérer que les spécialistes du Casino ici-présent qui le connaissent me confirmeront qu'il s'agit toujours de Casino....

Ma femme me dit que oui et je suis tout prêt à la croire :wink:

moicspace
Ivory
Ivory
Messages : 310
Enregistré le : sam. févr. 19, 2011 8:56 am
Artiste(s) préféré(s) : Michel Maza, Tirso Duarte.
Localisation : Frontignan
Status : Hors ligne

Re: [Interview] - Yoel Marrero et le Casino - commentaires

Message par moicspace » sam. févr. 19, 2011 9:37 am

Je trouve son discourt comique. Je peux pas m'habiller comme je veux pour danser la Salsa ? Je suis obliger de porter les mêmes chaussures deux ton, style année 30, que lui ? Si tout le monde avait la même vision de la danse que M. Merrero, nous danserions encore comme au 16eme siècle et la Salsa n'existerais pas.
Ensuite, concernant le mépris qu'il a des Portoricains de New York, il est étrange qu'il ne se rende pas compte que s'il enseigne le casino en Asie c'est grâce a eux, et que sans eux, le travail de Monsieur Merrero n'intéresserais personne. En effet, sans la popularisation et le travail commercial exercé par les Américains, le Casino serait resté une danse folklorique aussi pratiqué qu'une sardane catalane ou au mieux que du flamenco. En conclusion, je dirais simplement que pour moi la danse n'appartient a personne et qu'elle n'est pas faite pour les scientifiques mais pour ceux qui aime danser. Et il n'est pas nécessaire de s'intéresser a la culture cubaine pour bien danser la Salsa.
Florent Space-Salsa Massot

Avatar du membre
ricco
Gold
Gold
Messages : 1372
Enregistré le : mer. janv. 18, 2006 8:00 am
Localisation : bayonne
Contact :
Status : Hors ligne

Re: [Interview] - Yoel Marrero et le Casino - commentaires

Message par ricco » sam. févr. 19, 2011 1:37 pm

Merci Tonton Leo de ton apport et tous les autres aussi ...
Depuis 1 an et demi on a beaucoup avancé sur ce forum sur la définition et la compréhension de ce qu'est le casino ...
Leonel a écrit :Je crois qu'il faut relativiser le radicalisme de Yoel concernant son éloignement de la rue...

A Cuba, comme beaucoup s'en sont rendu compte, la culture de rue est omni-présente.. Il s'agit d'une culture populaire. Meme les milieux éduqués aiment un style argotique et pitoresque , comme les francais aiment et se reconnaissent dans la gouaille de Audiard.
Cette gouaille, ce rythme n'est pas forcement synonyme de grossiereté ou de vulgarité.

La rue cubaine peut se révéler beaucoup plus brutale et désagréable que ce que noius connaissons de Cuba pour la plupar d'entre nous... Il est probable que Yoel refuse le terme 'callejero' pour décrire les valeurs de son Casino car les vrais callejero a Cuba peuvent être vraiment lourds, pesao, grossier, vulgaires, excessifs, violents et insupportables : les coups pleuvent et les bouteilles volent, les tables se renversent et les insultes fusent...

De son point de vue, et je crois qu'il a raison, le Casino est une danse se Salon (sur le plan conceptuel) , a savoir une danse sociale au sens noble, ou les codes d'une certaine élégance et du respect font partie des valeurs et des critères esthétiques. Cependant ces critères d'élgance, de respect, de politesse s'inscivent dans une culture quotidienne essentiellement populaire, voire prolétarienne, créole, ou le salon a pour toit les étoiles et pour colonnes les arbres du patio ou du Parque Central. Ce salon n'est pas un club très fermé, bourgeois, élitiste mais la communauté des gens bienveillants et solidaires du peuple de Cuba, avec leur cotés 'de la rue' que nous adorons.
Il s'agit toujours de Musica y Cultura Popular Bailable de Cuba !
Il ne s'agit pas de menuet ou de quadrille des salons bourgeois du XIXème siècle !

Ni Yuma ni chabacanaria ! Ni burgesia ni guaperia !
Solamente Cuba... con Sabor y caché !
Merci de replacer cet aspect populaire et Festif , il est essentiel à la compréhension du casino tel qu'on le vit ici sur Fiesta cubana
Tu nous rappelle le Tryptique qui t’es cher ( à juste titre) : Musica , Baile , Fiesta !
A noter que Yoel vit hors de Cuba depuis longtemps et son origine sociale le rend peut-être moins receptif à ce critére , là encore on n’est pas obligé d’adhérer à tous ce qu’il dit , et ça n’est pas notre cas comme on l’a déjà dit avec Kiriku …
Leonel a écrit :Comme je te comprends ! Pourtant la réalité est qu'une approche dite 'authentique' est rarement intéressante économiquement et la raison est assez facile a comprendre : pourquoi un éleve en occident se compliquerait a assimiler l'ensemble des rythmes, des appuis et des mouvements Afro-cubains (imprégnant la culture des natifs de Cuba des leur plus jeune âge) si on trouve a coté de chez soi une multitude de cours qui font peu de cas du rythme, des accents, des attitudes, du vocabulaire chorégraphique, de la fluidité du mouvement mais ou tout le monde se retrouve, s'amuse en ricanant et singeant bêtement une danse et une culture mal apprise ! Peu importe, "on ne se prend pas la tête".
Il n'y a pas de secrets.. Si les cubains ont un style propre c'est qu'ils ont appris depuis tout petits, souvent dans les casa de la cultura dont parle Yoel Marrero,ou les professeurs enseignent tous les rythmes (Danzon, Bolero, Son, Mambo, Casino, Guaguanco, Conga, Merengue, Cumbia, etc.). De plus les Musiques Cubaines sont omnipresentes , a la Télévision, a la Radio, dans les nombreuses occasions de la vie quotidienne : le moindre prétexte est bon pour augementer le volume de la sono et pour danser. Un aniversaire, une promotion, la visite d'un parent, une bone note, un coup de bonne humeur, un petit coup de trop.. jajajajaja..
A Cuba, la musique et la danse se pratiquent bien moins dans les écoles de danses que dans les patios ! Elles font partie intégrante de la vie depuis le plus jeune age...

Alors comment se rapprocher de ce style sans avoir grandi la-bas ?Certainement pas en se contentant de peu vu le retard pris ! :wink:

Il convient donc de savoir quelles sont ses motivations réelles.. Il s'agit de décider si on pratique la Salsa comme un hobby social, un sport ou si il s'agit d'un passion plus profonde qui recherche l'intimité avec une musique, une culture, l'adhésion a des codes esthétiques, a une ambiance !

Si c'est le cas alors autant ne pas perdre son temps et aller dans ces cours dit 'authentique' ou il est évident que le professeurs come les éleves ont cette passion de la chose cubaine, voyagent a Cuba, se passionnent pour toutes les danses, les musiques, l'argot !
S'il s'agit d'un cours ou seul le professeur ou le clan sont célébrés, changez d'addresse !

Ceci dit un cours soit-disant "authentique" n'est pas nécessairement austère et peut se révéler tres ludique !
Ça peut prendre la forme de Salsa Suelta et quelques passes très basiques peuvent être abordées aussi !
J'ai personnellement eu la chance de commencer avec une professeur de danse Cubaine qui au dela du gout des rythmes, nous a communique tout autant le gout de la culture et de la Fiesta dans le respect culturel !

Ceci est un tout : Musique, Danse et Fiesta ! Si on enleve un des ingredients, on perd la perspective globale... et la vraie saveur !
On ne parle pas de la gymnastique !

Je suis sur qu'il existe maintenant nombre de professeurs qui ont cette approche en France. J'en connais un certain nombre, des cubains mais aussi des francais qui ont fait de nombreux pelerinages a Santiago de Cuba ou a La Havane pour s'impregner ala source...

Je crois personnellement que l'imprégnation aussi par la musique est essentielle et elle permet de travailler en profondeur les pas de base tout en s'amusant

Le travail des appuis sur les differents pas de base, sur des Son, des Mambos, des Salsas, des Pilons, des Congas enrichit la perception du danseur tout en lui faisant découvrir de nombreuses saveurs. Et ca en s'amusant !
Evidemment l'immersion a Cuba fait aussi des petit miracles pour capter ces détails, meme pour des débutants... J'en parle en connaissance de cause pour avoir accompagné en 2006 une école de danse a Santiago et Bayamo...
Et on a pu voir des gens se métamorphoser en quelques jours alors qu'un an de cours n'avait su libérer ce style propre a la danse cubaine.
Malheureusement ceci n'est pas a la portée de toutes les bourses... :roll:

Je ne crois pas qu'il y ait contradiction entre la recherche d'un cours authentique et la recherche du plaisir et de l'amusement...
Bien au contraire.. Les plaisirs sont décuplés quand le mouvement, la conscience et le ressenti sont en harmonie avec la musique et la compréhension collective de ce qui se joue ! D'ou la quasi transe dans certains concerts !
L'investissement dans des cours cors authenetique est un gain de temps sur le long terme...
Je suis un vieux témoins de dizaines et de dizaines de jeunes danseurs qui ont cédé aux sirenes de la Salsa Facile, la passe a tout va, la salsa comme phénomene de groupe, de clan qui apres 10 ans de cours sont toujours en dehors du rythme, ont des appuis chancelant, ne comprennent pas ce qu'est un Tumbao et tiennent encore des discours savant d'experts sur ce qu'est la Salsa.. Je suis litteralement submergé d'énergumenes de ce genre .. le pire est que certains croient dur comme fer qu'ils dansent la salsa Cubaine et ils sont la risée depuis des années des cubains qui les connaissent ou qui les regardent ! Je me demande a qui ont servi ces 10 ans de cours si ce n'est l'enrichissement personnel de l'escroc qui leur a donné des cours...

Désolé de parler cru, mais le minimum de respect est de dire au moins cet aspect d'une réalité..
Ma femme étant cubaine, je suis aux premieres loges de nombreux commentaires et mon exposition reguliere et ancienne a la chose cubaine m'ont ouvert les yeux... meme si je ne suis pas moi-meme un imnse danseur !
Ccomme c’est vrai !
Moi , je suis un fervent convaincu que c’est possible pour nous Français de danser le Casino avec todo el Sabor que se necesita …
J’essaye à mon humble niveau de transmettre tout cela dans mes cours de la maniére la plus authentique possible …
Mais comme tu dis , ça necessite autre chose que de la technique mais aussi la transmission de la culture , une imprégnation d’un certain état d’esprit , une immersion dés que possible à Cuba ou à défaut un partage de la part des professeurs de leur propre expérience …
Avec tout cela on peut vivre la musique et danser le Casino a lo cubano !
Modifié en dernier par ricco le sam. févr. 19, 2011 2:49 pm, modifié 1 fois.

Avatar du membre
ricco
Gold
Gold
Messages : 1372
Enregistré le : mer. janv. 18, 2006 8:00 am
Localisation : bayonne
Contact :
Status : Hors ligne

Re: [Interview] - Yoel Marrero et le Casino - commentaires

Message par ricco » sam. févr. 19, 2011 1:56 pm

moicspace a écrit : Je trouve son discourt comique. Je peux pas m'habiller comme je veux pour danser la Salsa ? Je suis obliger de porter les mêmes chaussures deux ton, style année 30, que lui ? Si tout le monde avait la même vision de la danse que M. Merrero, nous danserions encore comme au 16eme siècle et la Salsa n'existerais pas. .
Si tu relis ce sujet de discussion depuis le début , tu liras que l'on n'adhére pas systématiquement à tout ce qu'argumente Yoel , notamment sur le coté retro et le refus de prendre en compte l'évolution de la musique vers la Timba !
Ceci dit , ça n'enléve rien à son discours qui est tout le temps argumenté et dont la véracité a été confirmé par des membres qui connaissent Cuba et sa culture depuis fort longtemps ...
moicspace a écrit :Ensuite, concernant le mépris qu'il a des Portoricains de New York, il est étrange qu'il ne se rende pas compte que s'il enseigne le casino en Asie c'est grâce a eux, et que sans eux, le travail de Monsieur Merrero n'intéresserais personne. En effet, sans la popularisation et le travail commercial exercé par les Américains, le Casino serait resté une danse folklorique aussi pratiqué qu'une sardane catalane ou au mieux que du flamenco.
Argument bizarre et irrespectueux de la culture et de la musique Cubaine qui a une force de diffusion qui fait qu’à l’heure actuelle elle est présente quasiment dans tous les pays du monde !
Et si la Salsa Cubaine a une telle force et une représentation majoritaire en France , ça n’est surement pas grace aux portoricains de new-york ou aux américains …
Effectivement ses prises de position sont parfois excessives mais toujours argumentées et sur le plan historique , je rejoint complétement sa position …
moicspace a écrit :En conclusion, je dirais simplement que pour moi la danse n'appartient a personne et qu'elle n'est pas faite pour les scientifiques mais pour ceux qui aime danser. Et il n'est pas nécessaire de s'intéresser a la culture cubaine pour bien danser la Salsa.
Tu remarqueras que cet interview et ce sujet ne traitent pas de danser la salsa , mais bien le Casino…
Et effectivement pas besoin de s’interesser à la culture Cubaine pour bien danser la salsa …
Mais pour le Casino oui !

tragopogon
Bronze
Bronze
Messages : 94
Enregistré le : dim. mars 07, 2010 5:30 pm
Status : Hors ligne

Re: [Interview] - Yoel Marrero et le Casino - commentaires

Message par tragopogon » sam. févr. 19, 2011 6:53 pm

moicspace a écrit :Je trouve son discourt comique.
Ben désolé mais là c'est ton orthographe que j'ai trouvée comique :smt106
Je peux pas m'habiller comme je veux pour danser la Salsa ? Je suis obliger de porter les mêmes chaussures deux ton, style année 30, que lui ? Si tout le monde avait la même vision de la danse que M. Merrero, nous danserions encore comme au 16eme siècle et la Salsa n'existerais pas.
Même si je crois qu'il a été clairement établi que globalement le positionnement assez radical de Yoel Marrero (et pas Merrero) était peu partagé ici, pour autant le fait d'avoir des promoteurs pour défendre une vision « classique » du Casino* n'est sans doute pas un mal. :chore:

* : et pas de la Salsa, hein... :smt011
Ensuite, concernant le mépris qu'il a des Portoricains de New York, il est étrange qu'il ne se rende pas compte que s'il enseigne le casino en Asie c'est grâce a eux, et que sans eux, le travail de Monsieur Merrero n'intéresserais personne. En effet, sans la popularisation et le travail commercial exercé par les Américains, le Casino serait resté une danse folklorique aussi pratiqué qu'une sardane catalane ou au mieux que du flamenco.
Pour avoir vécu au Japon, où Yoel a enseigné, c'est un peu* comme si tu disais que c'est grâce au Beaujolais nouveau et aux efforts commerciaux associés que le vin français est populaire là bas.

Oui, ça fait parler, oui ça peut aider à faire découvrir, mais pour autant je comprendrais qu'un viticulteur regrette que ce soit « ça » qui s'impose comme une référence, et pour moi, amateur, il n'y a pas photo... :smt025

* : J'admets que ma métaphore n'est pas tout à fait idoine, mais bon... :mrgreen:
En conclusion, je dirais simplement que pour moi la danse n'appartient a personne et qu'elle n'est pas faite pour les scientifiques mais pour ceux qui aime danser. Et il n'est pas nécessaire de s'intéresser a la culture cubaine pour bien danser la Salsa.
Yoel n'a jamais dit ça, ou alors ça m'a échappé. Bien sûr nous sommes libres de danser, et lui l'est de tenter de codifier et de sauvegarder le casino tel qu'il le conçoit.

Avatar du membre
Kiriku
Staff
Staff
Messages : 7374
Enregistré le : mar. déc. 06, 2005 8:00 am
Localisation :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: [Interview] - Yoel Marrero et le Casino - commentaires

Message par Kiriku » sam. févr. 19, 2011 7:49 pm

Hello et bienvenue à toi moicspace :smt006

Merci pour ton message, auquel je n'adhère pas du tout, mais qui aura permis à d'autres de reprendre, avec des arguments, des idées sur lesquelles on se penche depuis longtemps, en essayant de rester constructif ;)

Cette interview aura au moins servi à te permettre de t'inscrire, alors... n'hésite pas à aller te présenter ici, et à te situer là ;)
faites vivre votre passion et la passion vivra

Avatar du membre
ivindi
Bronze
Bronze
Messages : 34
Enregistré le : lun. nov. 26, 2007 8:00 am
Status : Hors ligne

Re: [Interview] - Yoel Marrero et le Casino - commentaires

Message par ivindi » sam. févr. 19, 2011 8:46 pm

ricco a écrit :Merci Tonton Leo de ton apport et tous les autres aussi ...
Permets-moi de saluer avec beaucoup de retard certes le travail qui a été le vôtre pour mettre à notre portée ce témoignage sincère et édifiant. Saluons tous le travail de ce maestro aux propos très critiquables en bien des points. Il accepte de jouer le rôle ingrat de celui qui rappelle la règle à ceux qui s’en écartent, de celui qui incarne l’orthodoxie alors qu’il est tellement plus simple de louer l’innovation. Son travail est très utile voire même indispensable à nous autres qui avons pris le train du Casino en marche et qui avons besoin de savoir ce qu’il a été pour mieux comprendre ce qu’il est aujourd’hui. L’homme est excessif dans son langage comme par exemple lorsqu’il évoque des « mouvements illogiques » ou « non nécessaires » dans la danse, cela me semble des non-sens car qu’est-ce qui est nécessaire ou illogique lorsqu’il s’agit de s’amuser avant tout ?

Sa démarche n’est cependant pas isolée. Il y a plus de 2 ans j’avais repéré un mec sur Youtube qui commentait pas mal de vidéos de salsa cubaine en complimentant les danseurs débutants en les encourageant de ne surtout pas faire de mélanges, et fustigeant au passage ceux qui introduisaient la Rumba dans le Casino. Je n’ai malheureusement pas pu remettre la main sur l’une de ces vidéos. Ces propos m’avaient choqué à l’époque mais en y réfléchissant je me suis dit qu’il fallait que quelqu’un fasse ce sale boulot-là. Nous dire clairement que lorsqu’on fait des pas de rumba, on n’est plus dans le Casino, lorsqu’on fait je ne sais quel « free style » à la mode, cela n’a plus grand-chose à voir avec du Casino.

Ceci dit le travail du Maestro Marrero peut s’avérer tout aussi dangereux pour le Casino que celui de ceux dont il fustige les errements. Il prône un modèle figé, peu évolutif au nom du respect de la règle et de la métrique dont lui et ses semblables se veulent les garants. Je ne sais pas s’il est fier de l’uniformité des mouvements des Japonaises dans les vidéos de Casino sur Youtube même si on ne peut pas lui attribuer la paternité de ce phénomène-là. C’est pourtant là le risque d’une standardisation qui voudrait que les danseurs apprennent des mouvements précis (le pied gauche doit être à tel endroit à tel moment…) et ne s’en écartent pas par respect pour le style.
ricco a écrit :Et effectivement pas besoin de s’interesser à la culture Cubaine pour bien danser la salsa …
Mais pour le Casino oui !
Je ne partage pas ton avis, il ne faut pas confondre la maîtrise d’une danse avec la connaissance d’une culture. Je connais un mec qui n’écoute pas la salsa (cubaine y compris) chez lui, ne va à aucun concert, n’en a rien à foutre des spectacles de danse et pourtant est un très bon danseur de casino. On ne demande d’ailleurs pas à un danseur de Dancehall de s’être risqué dans les rues de Kingstone pour s’imprégner de la culture jamaïcaine. On peut tout à fait apprendre une danse, la maîtriser avant de s’intéresser à son histoire.
tragopogon a écrit : moicspace a écrit:Je trouve son discourt comique.


Ben désolé mais là c'est ton orthographe que j'ai trouvée comique :smt106
Tu n’as aucune idée du background de celui dont tu critiques l’orthographe. Cela aurait pourtant dû t’inciter à encourager celui qui pour la première fois ose prendre la parole sur ce forum, plutôt que d’adopter cette posture inquisitrice assez comique tu en conviendras. Je te remercie cependant d’avoir par la suite ramené le débat sur le terrain des idées et de nous avoir éclairé par ton contre argumentaire.

Pour ceux qui se demanderaient ce que peut être ce fameux « Miami Style », voici une vidéo qui nuancera un peu plus le propos radical du maestro Marrero en coupant la poire en deux : Mi Casino - Mi Miami Style comme la décrit l'intéressé lui-même 8O .

LdFWb6AspDQ

tragopogon
Bronze
Bronze
Messages : 94
Enregistré le : dim. mars 07, 2010 5:30 pm
Status : Hors ligne

Re: [Interview] - Yoel Marrero et le Casino - commentaires

Message par tragopogon » dim. févr. 20, 2011 11:46 am

ivindi a écrit :Tu n’as aucune idée du background de celui dont tu critiques l’orthographe. Cela aurait pourtant dû t’inciter à encourager celui qui pour la première fois ose prendre la parole sur ce forum, plutôt que d’adopter cette posture inquisitrice assez comique tu en conviendras. Je te remercie cependant d’avoir par la suite ramené le débat sur le terrain des idées et de nous avoir éclairé par ton contre argumentaire.
Personnellement, dans un échange écrit, je considère l'orthographe (et la grammaire) comme l'équivalent d'un ton respectueux. Alors, j'ai certes appris depuis longtemps à ne plus me formaliser des errements divers sur le net, mais il me semble que lorsque l'on vient exposer des propos critiques (et je n'ai toujours pas trouvé de justification à l'adjectif « comique » de cette première phrase) la moindre des choses est de faire un minimum attention à la forme. Manquer d'humilité, sur fond comme sur la forme, c'est risquer la confrontation.

Le reste du texte ne m'ayant pas fait penser à quelqu'un dont le français ne serait pas la langue maternelle (seul "background" qui pourrait justifier des fôootes :mrgreen: ), je me suis permis de commencer sur le même ton que moicspace. Si je l'ai heurté, tu m'en vois fort marri, mais je doute sincèrement que ce soit le cas.

Pour le reste, je trouve la vidéo postée très intéressante, je suis curieux de lire ce que les experts locaux en diront, notamment sur cet aspect moitié-moitié qui ne m'a pas paru choquant.

Avatar du membre
ricco
Gold
Gold
Messages : 1372
Enregistré le : mer. janv. 18, 2006 8:00 am
Localisation : bayonne
Contact :
Status : Hors ligne

Re: [Interview] - Yoel Marrero et le Casino - commentaires

Message par ricco » dim. févr. 20, 2011 12:46 pm

ivindi a écrit :Pour ceux qui se demanderaient ce que peut être ce fameux « Miami Style », voici une vidéo qui nuancera un peu plus le propos radical du maestro Marrero en coupant la poire en deux : Mi Casino - Mi Miami Style comme la décrit l'intéressé lui-même 8O .

LdFWb6AspDQ
Perso quand je regarde cette vidéo , j'y vois du casino, je pense que l'auteur a marqué cette définition "mi-mi" parce qu'il est dj à Miami et ainsi il ménage toutes les sensibilités et les susceptibilités ...
Mais bon attention au Hs , ce sujet traite de l'interview de Marrero , il y a un sujet dédié au Miami Style dans lequel ce débat peut être continué :
http://www.fiestacubana.net/forum/viewt ... f=2&t=3510


Répondre