[ARTE] reportages sur Cuba

Peinture, littérature...
magalay
Ivory
Ivory
Messages : 177
Enregistré le : jeu. nov. 22, 2007 8:00 am
Localisation : Toulouse
Contact :
Status : Hors ligne

Message par magalay » dim. nov. 25, 2007 10:59 pm

Dernier message de la page précédente :

pmfsalsa a écrit :
JACK_EL_CALVO a écrit :Oui y'avait lundi un documentaire sur Arte à minuit...mais après un tel week-end, un oeil puis deux se sont fermés... :cry: C'était assez impressionnant. Celà montrait des cubains vivant dans des lieux insolites...

"La Havane, une vie dans les ruines..."

Ce film plonge dans le quotidien de cinq Havanais : Totico, plombier, se réfugie sur le toit pour fuir le vacarme de sa HLM ; Reinaldo, un sans-abri, s'est établi dans les ruines d'un théâtre où Caruso se produisait autrefois ; Misleydis a plaqué son mari pour les décombres d'un hôtel de luxe ; Nicanor se bat pour entretenir la maison de son père et tente d'oublier la révolution socialiste ; enfin, l'écrivain Antonio José Ponte observe ce naufrage avec détachement. Le réalisateur a dû ruser avec les autorités pour filmer cette facette peu officielle de La Havane. Interdit à Cuba, son film est empreint de poésie et laisse espérer que la force de ses habitants empêchera l'insidieuse destruction de la ville.

je n'ai pas vu la fin moi non plus !
Ce documentaire devrait être obligatoire pour tous les fiestacubanais :wink:

Rediffusions :
10.10.2007 à 09:55
21.10.2007 à 03:00
ça faisait un moment que je voulais réagir sur le sujet, mais à l'époque je n'étais pas encore inscrite sur le forum, alors maintenant que c'est fait, je me permets de faire remonter le post.
J'ai pu voir le documentaire "La Havane - une vie dans les ruines" dans son intégralité mais à la fin, je me suis dit: et zut, j'ai pas enregistré. Comme j'ai loupé les rediffusions, j'ai écrit à Arte pour savoir si le documentaire allait repasser ou s'il est possible de se procurer un DVD. Réponse: aucune rediffusion prévue pour l'instant (mais nous vous tiendrons au courant si etc etc) et aucun DVD disponible. En fait, en cherchant bien sur le net, parce que je suis un peu têtue, j'ai fini par découvrir que le DVD sortira, au moins en Allemagne, le 14 décembre. Il est disponible sur le site allemand d'amazon:
http://www.amazon.de/Havanna-neue-Kunst ... 091&sr=1-1
Bon je sais c'est pas l'idéal, mais c'est mieux que rien pour l'instant si certains étaient vraiment très motivés pour se le procurer.
Sinon, pour vous donner envie de le voir, la bande d'annonce est disponible avec le lien suivant (vaut mieux comprendre l'espagnol car les sous-titres sont en allemand):
http://video.google.de/videoplay?docid= ... 2301220791
Et enfin un petit CR qui vous donnera, j'espère, encore plus envie de voir ce documentaire. Perso, c'est le plus beau documentaire que j'ai vu sur Cuba (bon c'est vrai j'en ai pas vu 300 non plus, mais j'en ai vu quelques uns, en particulier ceux mentionnés dans le topic ci-dessus, qui sont très intéressants historiquement, mais nuls sur le plan artistique, c'est du docu Arte classique avec voix off soporifique au possible, faut s'accrocher pour tenir jusqu'au bout, surtout à l'heure tardive où ils sont diffusés en général, mais bon ils font ce qu'ils peuvent à Arte, faut pas leur en vouloir non plus). Trêve de bla bla voici le CR:


"La Havane : une vie dans les ruines." Allemagne, 2006. (Réalisateur : Florian Borchmeyer. Producteur : Matthias Henschler) Prix Bavarois du meilleur documentaire 2006.

Des images magnifiques et des témoignages émouvants nous font découvrir l’autre face de La Havane, la réalité qui se cache derrière ces façades décrépites qui nous parlent d’une splendeur passée et que les touristes ne se lassent pas de photographier. Des hommes et des femmes qui ont choisi, dans une certaine mesure, de vivre ici, et qui nous racontent leur Havane. Des histoires ordinaires et étonnantes à la fois, des gens simples, mais des mots justes, une parole sans fioriture mais dont émane une poésie du dépouillement, à l’image de ces murs fissurés qui menacent à tout moment de s’effondrer, mais qui, au réveil, tiennent toujours ; combien de temps encore ? Une parole qui déchante tout en chantant malgré tout l’amour pour une ville qui s’écroule mais qui résiste encore, vacillante mais vaillante, face à la mer, et qui un jour peut-être renaîtra de ses cendres.
Misleidys, « la loca », « la puta », a quitté un mari millionnaire, une demeure avec piscine et jacuzzi pour aller trouver le bonheur auprès de son amour de jeunesse et des vieilles pierres du passé. Elle a bien reçu un jour dans son sommeil un morceau de plâtre sur la tête, mais elle continue d’aimer cet appartement, « pour les bons souvenirs », tout en avouant aussi n’avoir pas vraiment d’autre endroit où aller.
Totico-y-sus-palomas, plombier, homme à tout faire, est amoureux des oiseaux plus que de sa femme. Elle le quitte, mais c’est elle qui souffre car lui continue de rêver de liberté dans son pigeonnier sur les toits alors qu’elle part s’enterrer à Alamar, quartier qui n’aura jamais d’âme pour celle qui n’y a pas grandi.
Reinaldo dans son théâtre danse au son des orchestres du passé, vous ne les entendez pas mais il les voit, il les applaudit même, assis au premier rang d’une scène effondrée depuis longtemps. Son théâtre, Rocamor, il le fait vivre dans son esprit, et sa maison c’est ici : pas d’eau, pas d’électricité, mais un immense espace baigné d’ombre et de lumière, que la caméra rend encore plus majestueux peut-être dans sa décadence actuelle que dans sa splendeur d’antan. Quelques images d’archives font alors revivre le passé. Mais le cadrage et la lumière évoquent, appellent, invoquent ces fantômes avec plus de force encore.
Nicanor, compañero révolutionnaire de la première heure mais aussi parmi les premiers prisonniers du nouveau régime, traîne ses béquilles sur ce qui reste des terres de la finca de son père. « Délabrée », oui, c’est le mot qui lui convient désormais, mais Nicanor se contente de dire que « les choses changent », l’histoire lui a sans doute appris à se taire. Il accepte son sort avec fatalisme et sauve ce qu’il peut de ces vieux murs que l’armée a occupés sans ménagement.
Tous mettent des mots sur cette réalité qui a la beauté sombre et vibrante du désespoir et de l’espoir. Ils sont tous, à l’image de l’écrivain Antonio José Ponte, « ruinologues » et construisent sur ce qui se déconstruit une poétique des ruines.
Des visages, des mots, des ruines… ainsi pourrait se résumer ce documentaire qui par une subtile alchimie parvient à montrer toute la détresse d’un pays sans jamais glisser dans le sordide ou dans le sentimentalisme gratuit.
Un fond sonore réduit à presque rien, quelques notes à peine quand nos témoins se taisent, mais leurs mots résonnent dans le silence des murs.
Ils parlent, ces Cubains, et tout en clamant leur amour pour leur terre (ils sont restés, eux – nombreux sont ceux qui sont partis), ils se livrent devant la caméra comme ils ne peuvent le faire nulle part ailleurs. Jamais ils ne se plaignent, mais ils parlent enfin.
L’écrivain réduit au silence (pas de pire châtiment pour un homme de mots) se voit offrir un espace pour dire son texte et nous livre sa théorie des ruines, une analyse poético-politique de l’urbanisme de La Havane, émaillée de citations ou d’allusions à Thomas Mann, Henry James ou Rimbaud, mais qui ose évoquer la mort de Fidel, ruine suprême du pays, dont on attend l’effondrement, entre révolte silencieuse et résignation.
Portraits d’habaneros dans leurs murs, dans leurs ruines, qui ont préféré le royaume des ombres à l’exil, mais qui osent enfin parler, défiant les autorités et bafouant le discours officiel.
Et l’on se prend à rêver aux autres visages, aux autres destins, aux autres mots et aux autres silences que les fissures de La Havane nous laissent entrevoir.
La Havane, dont le cœur bat derrière les ruines.
Combien de temps encore ?
Modifié en dernier par magalay le jeu. nov. 29, 2007 3:29 pm, modifié 1 fois.




Timbera
Platinum
Platinum
Messages : 2789
Enregistré le : ven. sept. 08, 2006 7:00 am
Localisation : MARSEILLE
Contact :
Status : Hors ligne

Message par Timbera » dim. nov. 25, 2007 11:13 pm

Merci Magalay :wink:
" SI tu no bailas con eso, tu no bailas con nada " - Pupy -

magalay
Ivory
Ivory
Messages : 177
Enregistré le : jeu. nov. 22, 2007 8:00 am
Localisation : Toulouse
Contact :
Status : Hors ligne

Message par magalay » lun. nov. 26, 2007 2:57 pm

De nada Timbera [UP \:D/ ]
Je vous tiendrai au courant si Arte reprogramme le documentaire.

magalay
Ivory
Ivory
Messages : 177
Enregistré le : jeu. nov. 22, 2007 8:00 am
Localisation : Toulouse
Contact :
Status : Hors ligne

Message par magalay » jeu. nov. 29, 2007 2:21 pm

Dsl je relance le sujet, mais il y a en ligne une interview du réalisateur du documentaire "La Havane - une vie dans les ruines", Florian Borchmeyer, vraiment très intéressante je trouve, et qui apporte un autre éclairage sur le sujet - épineux - de la situation actuelle à Cuba (débattu dans un autre post). Lien vers l'interview:
http://www.cubaencuentro.com/es/encuent ... ada-avanza
Ceci n'a pas pour but de relancer les polémiques, mais seulement de vous faire partager l'expérience de quelqu'un qui a passé pas mal de temps là-bas et qui connaît bien le pays. C'est juste son point de vue, on peut être d'accord ou pas, ses analyses n'en sont pas moins intéressantes. L'interview est en espagnol (Florian Borchmeyer parle très bien espagnol et français), voici un extrait choisi traduit:

Avez-vous [à Cuba] un sentiment du temps complètement différent de celui qu’on peut avoir dans n’importe quel autre pays? Est-ce un lieu intemporel d’une certaine manière ?

Je remarque que le temps a un autre rythme. C’est comme un voyage vers une autre galaxie. C’est un espace sur lequel règnent d’autres lois temporelles et d’autres lois logiques. C’est une sorte de contre-univers étrange qui peut avoir beaucoup de charme. Je pense que pour beaucoup d’artistes Cuba possède ce charme, et que c’est cette différence dans la perception du temps et de la logique qui les retient là-bas, mais ce contre-univers est aussi totalement anachronique.
L’immobilité du pays a beaucoup à voir avec les ruines, et c’est cela le thème du film. C’est quelque chose qui ne change pratiquement pas, mais qui se rapproche chaque jour un peu plus du danger de l’effondrement. Je parle de l’architecture de la ville, qui, en grande partie, est déjà dans l’état de ce que les urbanistes appellent « statique miraculeuse » : cela signifie que les lois de la physique ne peuvent pas expliquer pourquoi ces édifices restent debout. C’est un réel miracle, et on peut observer cela à tout niveau de la société et du pays.

(si ça intéresse quelqu'un, je pourrai traduire plus)


Timbera
Platinum
Platinum
Messages : 2789
Enregistré le : ven. sept. 08, 2006 7:00 am
Localisation : MARSEILLE
Contact :
Status : Hors ligne

Message par Timbera » ven. nov. 30, 2007 2:15 am

Ben re-re-re merci miss
:lol: :lol:
" SI tu no bailas con eso, tu no bailas con nada " - Pupy -

Timbera
Platinum
Platinum
Messages : 2789
Enregistré le : ven. sept. 08, 2006 7:00 am
Localisation : MARSEILLE
Contact :
Status : Hors ligne

Message par Timbera » ven. nov. 30, 2007 2:17 am

Ben re-re-re merci miss
:lol: :lol:
Bel interview !!!
" SI tu no bailas con eso, tu no bailas con nada " - Pupy -

magalay
Ivory
Ivory
Messages : 177
Enregistré le : jeu. nov. 22, 2007 8:00 am
Localisation : Toulouse
Contact :
Status : Hors ligne

Message par magalay » mar. févr. 26, 2008 6:20 pm

Encore une soirée consacrée à Cuba à la TV, cette fois-ci ça se passe sur France O (j'ai pas créé un nouveau sujet pour ça, peut-être serait-il possible de modifier le titre de celui-ci pour ne laisser que "Reportages sur Cuba" ou "Documentaires sur Cuba", ça permettrait de faire d'autres annonces à l'occasion sans créer à chaque fois un nouveau, avis aux admins). Voici le programme:
France O - Mercredi 27 février:
20h40: Cuba, l'après Castro
21h35: Balseros
" Dieu seul sait combien sont partis, combien sont arrivés et combien ont échoués, souffle un Cubain qui, comme des dizaines de milliers de ses compatriotes, a pris la mer, en août 1994, sur un radeau de fortune, un balsa, pour fuir son île exsangue et tenter de gagner les Etats-Unis. Le journaliste espagnol Carlos Bosch et le cameraman Josep Domènech ont assisté à cet exode massif et désespéré. C'est le point de départ de ce documentaire ambitieux et réussi, qui suit sur plusieurs années (entre 1994 et 2001) le sort de sept balseros. Le début de l'histoire est presque le même pour tous: ils seront arrêtés par les gardes-côtes américains et enfermés sur la base militaire de Guantanamo pendant plusieurs mois avant d'obtenir un visa à la suite d'un accord conclu entre Washington et La Havane.
Une fois qu'ils sont arrivés aux EU, leurs trajectoires se séparent. Il faut repartir de zéro, refaire sa vie (à New York, dans le Connecticut, en Pennsylvanie, au Nouveau-Mexique...) après avoir tout laissé derrière soi. Certains vivront bien le rêve américain; d'autres perdront toutes leurs illusions, sans pouvoir se faire une place au soleil. En contrechamp, les réalisateurs ont également filmé leurs familles restées au pays, souvent sans nouvelles de ceux qui les ont quittés. C'est un superbe et poignant regard sur l'exil, le déracinement et le statut d'émigré que propose ce documentaire. Tout en retenue, il n'est accompagné d'aucun commentaire, mais de chansons qui en accentuent l'intensité." (Laurent Thévenin, Télérama)
Rediffusions: 29/2 à 16h, 5/3 à 21h35, 7/3 à 16h

Kiriku
Staff
Staff
Messages : 7374
Enregistré le : mar. déc. 06, 2005 8:00 am
Localisation :
Contact :
Status : Hors ligne

Message par Kiriku » mer. févr. 27, 2008 1:10 am

Magalay, pourquoi ne t'es-tu pas inscrite plus tôt !!!

Merci pour ces infos !
faites vivre votre passion et la passion vivra

Timbera
Platinum
Platinum
Messages : 2789
Enregistré le : ven. sept. 08, 2006 7:00 am
Localisation : MARSEILLE
Contact :
Status : Hors ligne

Message par Timbera » mer. févr. 27, 2008 2:46 am

:arrow: j'ai déjà vue ce documentaire...à ne pas louper
très intéréssant..parfois hallucinant..souvent triste !!!!
" SI tu no bailas con eso, tu no bailas con nada " - Pupy -

Pepino
Ivory
Ivory
Messages : 169
Enregistré le : mar. févr. 21, 2006 8:00 am
Localisation : Pau
Contact :
Status : Hors ligne

Message par Pepino » jeu. mai 01, 2008 3:37 pm

Ce soir, jeudi 1er mai à 22h55, reportage sur le Che.
Rediffusion dimanche 4 mai à 1h55.

Résumé :
Che Guevara est exécuté le 9 octobre 1967 par les forces spéciales boliviennes dans une petite école de village. Son cadavre est ensuite transporté à Vallegrande, présenté à la presse internationale, puis enterré dans un lieu tenu secret. Ce n'est qu'après la chute de l'Union soviétique, trente ans après, que les autorités boliviennes autorisent les recherches. Retrouvé, exhumé, authentifié, l'illustre dépouille s'en retourne à Cuba où elle repose depuis dans un mausolée situé à Santa Clara. Pourquoi les militaires boliviens ont-ils voulu escamoter le corps ? En quoi la légende du guerillero s'en est-elle trouvée magnifiée ?

Timbera
Platinum
Platinum
Messages : 2789
Enregistré le : ven. sept. 08, 2006 7:00 am
Localisation : MARSEILLE
Contact :
Status : Hors ligne

Message par Timbera » jeu. mai 01, 2008 7:16 pm

Précédé de l'excellent " Carnet de Voyage. :wink:
Avec l'acteur qui incarne le Che...et qui a de forte ressemblance avec notre Hornito..d'ailleurs je sais pourquoi maintenant quand je t'ai vue horn, je pensais te connaitre !!! :wink:
Le reportage qui suit passe régulièrement sur Arte !!!! :wink:
" SI tu no bailas con eso, tu no bailas con nada " - Pupy -

SalseroLocoVolante
Platinum
Platinum
Messages : 2721
Enregistré le : mar. févr. 28, 2006 8:00 am
Localisation : Le Monde... avec Paris pour base de départ...
Contact :
Status : Hors ligne

Re: [ARTE] reportages sur Cuba

Message par SalseroLocoVolante » jeu. août 04, 2011 9:57 pm

Aujourd'hui, Jeudi 4 août sur France5, il y a eu la diffusion d'une belle émission sur Cuba via son train...

Des trains pas comme les autres - Cuba

Image
(Cliquer sur l'image)

L'émission est disponible sur le Net jusqu'au Jeudi 11 Août 2011 à 21h34. Ne trainez pas... :wink:

:idea: Rediffusion : Samedi 6 Août à 14h14


Je retiens de cette émission 2 belles paroles :

:arrow: << Je quitte la Havane avec une drôle de sensation ; en fait, je n'ai pas vraiment envie de partir...
La Havane est un mystère... Au début je voulais absolument comprendre, expliquer, raisonner, mon plus grand plaisir a été en fait de me laisser envoûter, de m'abandonner.
Aimer la Havane c'est accepter de lâcher prise ; de se perdre dans cette ville qui ne vous promet rien, mais qui vous enveloppe, vous emmène dans une profondeur énigmatique... >>

:arrow: La conclusion du reportage : << Le secret des Cubains pour tenir, c'est le Présent... Danser, rire, partager, se débrouiller coûte que coûte malgré les épreuves, s'en sortir au jour le jour et en tirer une vraie fierté... Les Cubains le savent bien, à Cuba plus qu'ailleurs on ne sait jamais de quoi demain sera fait !! >>

Avatar du membre
Lindasuave
Platinum
Platinum
Messages : 2276
Enregistré le : mar. juin 06, 2006 7:00 am
Contact :
Status : Hors ligne

Re: [ARTE] reportages sur Cuba

Message par Lindasuave » sam. août 06, 2011 3:42 pm

Remarque (qui vaut pour ce reportage et pour tous les autres):

Avant l'arrivée de Christophe Colomb , il y a avait à Cuba, un peuple composé d'Indiens qui y vivait (comme d'ailleurs dans toutes les iles de la Caraibe). Ce peuple, s'il a été menacé, chassé, réduit en escalavage, et très souvent exterminé, il n'en a pas moins existé... Ils ont souvent laissé un héritage culturel, ethnique, archéologique, musical, etc...(j'en passe et des meilleurs), et nier jusqu'à leur existence, cela me parait tout de même surprenant. A Cuba, la population dans sa grande diversité, témoigne encore de ce passé. Les Indiens furent donc les 1ers "découvreurs" de l'île, Christophe Colomb n'ayant fait que "révéler" ces iles au monde Occidental, qui ne connaissait rien des Amériques... Tachons de ne pas l'oublier, de ne pas les oublier.
La vida es una sola, hay que vivirla Y punto,&nbsp;sin temor !

Avatar du membre
Lindasuave
Platinum
Platinum
Messages : 2276
Enregistré le : mar. juin 06, 2006 7:00 am
Contact :
Status : Hors ligne

Re: [ARTE] reportages sur Cuba

Message par Lindasuave » sam. août 27, 2011 8:48 pm

Je viens de voir à l'instant un reportage "SANS CRIER GARE", qui a le mérite d'être beaucoup plus authentique, plus sobre (animatrice) que le précédent reportage, tout en étant sur le même thème : découverte d'un pays, à travers la ligne de chemin de fer.

Je le conseille donc très fortement :

:arrow: http://www.programme-tv.com/television/ ... -gare.html

rediffusion le 1er septembre 2011 à 06H45


Par contre c'est sur PLANETE (pas sur ARTE) :D
La vida es una sola, hay que vivirla Y punto,&nbsp;sin temor !

moicspace
Ivory
Ivory
Messages : 310
Enregistré le : sam. févr. 19, 2011 8:56 am
Artiste(s) préféré(s) : Michel Maza, Tirso Duarte.
Localisation : Frontignan
Status : Hors ligne

Re: [ARTE] reportages sur Cuba

Message par moicspace » dim. août 28, 2011 6:17 pm

Lindasuave a écrit :Je viens de voir à l'instant un reportage "SANS CRIER GARE", qui a le mérite d'être beaucoup plus authentique, plus sobre (animatrice) que le précédent reportage, tout en étant sur le même thème : découverte d'un pays, à travers la ligne de chemin de fer.

Je le conseille donc très fortement :

:arrow: http://www.programme-tv.com/television/ ... -gare.html

rediffusion le 1er septembre 2011 à 06H45


Par contre c'est sur PLANETE (pas sur ARTE) :D
Merci pour l'info Lindasuave, je ne vais pas rater la redif sur planete ! et a SalseroLocoVolante qui m'a permis de regarder l’émission "des trains pas comme les autres" =D>
Super rubrique, n’hésitez car je ne regarde jamais le programme TV alors je compte sur vous :wink:
Florent Space-Salsa Massot

Snoop
Ivory
Ivory
Messages : 141
Enregistré le : mar. févr. 19, 2008 8:00 am
Localisation : Paris
Contact :
Status : Hors ligne

Re: [ARTE] reportages sur Cuba

Message par Snoop » mar. oct. 16, 2012 8:26 am

C'est pas sur ARTE et ce n'est visible que quelques jours: http://www.pluzz.fr/cuba-annee-zero-201 ... 22h05.html


Répondre