La société cubaine à l’épreuve du tourisme : quelques raisons d’espérer

Écrit par Fabrice Hatem le . Publié dans Culture populaire cubaine


ImageAvec la levée de l'embargo américain, le tourisme va vraisemblablement se développer à Cuba. De fait, l'année 2015 est déjà bien partie pour dépasser largement les 3 millions de visiteurs enregistrés en 2014. Beaucoup craignent que ce mouvement se fasse au dépend d'une certaine forme d'authenticité, sans d'ailleurs vraiment définir ce qu'ils entendent par ce terme : pratique intensive des traditions culturelles locales ? Spontanéité sans arrière- pensée dans la relation avec le visiteur étranger ?

Posons donc ainsi la question : faut-il craindre qu'un développement invasif du tourisme ne conduise à Cuba à transformer les lieux les plus visités en théâtres d'illusions exotiques, à polluer les relations humaines par l'argent, et à déstabiliser les sociétés locales, comme cela s'est trop souvent produit ailleurs sur la planète ?
 
Je voudrais proposer ici une réponse optimiste : sans nier que le risque existe, je crois qu'il pourrait être assez facilement surmonté, et ce pour quatre raisons principales :

- Parce que la culture populaire cubaine est une culture vivace, profondément enracinée dans l'âme des habitants, et que ce ne sont pas quelque cars de touristes supplémentaires qui changeront cet état des choses.

San Juan (Puerto Rico) : Une sœur caribéenne de la Salsa New-Yorkaise

Écrit par Fabrice Hatem le . Publié dans Danse

Pour consulter cet article, cliquez sur le lien suivant : San Juan

ImageL'île de Porto-Rico a joué un rôle majeur dans la génèse, la naissance et l'histoire de la Salsa. Berceau de nombreux rythmes traditionnels dont on retrouve l'influence dans cette musique, comme la Bomba ou la Plena, elle a ensuite offert à New York, à travers l'émigration, une grande partie des artistes et du public qui y ont enfanté cette nouvelle forme de culture urbaine à la fin des années 1960 (photo ci-contre : le chanteur Ismael Rivera).  

Mais la Salsa s'est également développée dans l'île elle-même, et tout particulièrement dans sa capitale, San Juan, depuis les précurseurs guaracheros des années 1950 jusqu'à la vague de la Salsa romantique des années 1980 qui s'est traduite par une montée verticale de la production musicale proprement portoricaine. A travers la circulation des artistes et des oeuvres, c'est un dialogue créatif permanent qui s'est ainsi noué, au cours du dernier demi-siècle, entre New York et Puerto-Rico, permettant à la Salsa de se nourrir à la fois des cultures musicales de l'île tropicale et de celles des grandes villes nord-américaines.  

A travers l'organisation de différents congrès et festivals internationaux, les entrepreneurs locaux du « show business » ont également cherché avec succès, au cours des années 1990, à se réapproprier la mode de la Salsa dansée, lancée à New York à la fin des années 1980, et fortement identifiée à Porto-Rico.  

Malgré la concurrence du Merengue puis du Reggeaton auprès des jeunes générations, malgré aussi la très grave crise économique qui frappe actuellement Puerto-Rico, la scène salsera est toujours active à San Juan : apparition d'une nouvelle génération d'orchestres, lieux de danse relativement nombreux pour une ville de taille moyenne, organisation d'évenénements festifs destinés à population locale ou de congrès internationaux à vocation plus touristique...

Pour consulter cet article, cliquez sur le lien suivant : San Juan

Barcelone et Madrid : La Salsa, héritière des musiques d'ida y vuelta

Écrit par Fabrice Hatem le . Publié dans Danse

Pour consulter directement l'article dans son intégralité, cliquez sur SALESPAGNE

 

ImageLe fait que Madrid est Barcelone prennent aujourd'hui rang parmi les capitales européennes de la Salsa n'a rien de très surprenant quand on pense aux liens puissants qui unissent la culture espagnole à celles des Caraïbes. On sait en effet que les musiques et danses caribéennes d'aujourd'hui sont les lointaines héritières d'un phénomène de métissage entre les apports africains et hispaniques associés aux populations de différentes origines qui ont peuplé ces îles (photo ci-contre : deux jeunes cubaines).

 

ImageMais ces liens culturels entre Espagne et Caraïbes ne sont pas seulement de l'ordre de la filiation. Ils résultent également d'un processus de co-développement qui s'est déroulé tout au long de l'histoire coloniale. Un phénomène incarné par les musiques d'Ida y Vuelta, voyageant d'un bord à l'autre de l'Atlantique pour y être appropriées, transformées et renvoyées vers l'autre rive (image ci-contre : André Lhote, Marin à l'accordéon).

 

ImageCe mouvement de va-et-vient a simultanément alimenté l'évolution musicale des deux mondes. C'est ainsi que la contredanse espagnole donna naissance à Cuba à la Habanera, style musical qui fut ensuite largement intégré dans les opérettes (Zarzuelas) espagnoles ; celles-ci influencèrent à leur tour la scène musicale de Buenos-Aires, jouant leur rôle dans l'apparition du Tango argentin... qui aujourd'hui triomphe à nouveau en Europe.

 

En d'autres termes, la culture populaire caribéenne d'aujourd'hui n'est pas seulement la lointaine descendante du folklore hispanique du XVIème siècle.

 

Elle est aussi, en quelque sorte, la soeur de lait de la culture populaire espagnole moderne, puisqu'elles sont toutes deux issues d'un même processus interactif d'évolution qui s'est déroulé entre les deux rives de l'Océan.

 

La Havane, comme le Phénix, renaît de ses cendres

Écrit par Fabrice Hatem le . Publié dans Culture populaire cubaine

De la Rueda de Casino à la Salsa cubaine d'aujourd'hui

 ImageLa scène havanaise de la musique populaire dansante a connu, au cours des 150 dernières années, une trajectoire en dent de scie, où ont alterné les périodes d'intense rayonnement et de repli.

Depuis la fin du XIXème siècle jusqu'en 1959, elle a traversé une période d'activité ascendante, pour devenir à partir des années 1920 la capitale incontestée de la musique tropicale. C'est dans cette ville que sont en effet inventés rien moins que le Son urbain, le Mambo ou le Cha Cha Cha, qui vont ensuite conquérir les pistes de danse du monde entier (photo ci-contre : le cabaret Tropicana en 1956). Et c'est aussi à la Havane qu'apparaît, à la fin des années 1950, le style de danse dit « Casino », qui préfigure ce qui est aujourd'hui appelé «  Salsa Cubaine ».  

A partir de 1959, La Havane souffre cependant d'un climat politico-économique très défavorable à l'essor d'une industrie des loisirs dynamique et influente. Tout en favorisant une réelle mise en valeur de la culture populaire, le gouvernement castriste affaiblit en effet les mécanismes spontanés de création reposant sur l'initiative privée, tandis que Cuba est coupée des grandes scènes musicales étrangères et voit de ce fait son influence internationale décliner en matière de musique tropicale. En particulier, le pays ne participe pas, entre 1965 et 1990, à l'essor et au développement de ce nouveau phénomène musical appelé Salsa, dont les rythmes sont cependant largement inspirés du Son Urbain.

Santiago de Cuba : le géant endormi

Écrit par Fabrice Hatem le . Publié dans Culture populaire cubaine

Introduction et résumé

Pour les amoureux de la Salsa et les connaisseurs de Cuba, Santiago de Cuba représente un troublant paradoxe. 

Berceau du Son dont la Salsa est elle-même largement issue, cette ville constitue encore aujourd'hui un foyer exceptionnellement riche de talents artistiques, qui peuplent dans le monde entier les compagnies de danse et les orchestres de musique tropicale les plus prestigieux.

ImageEt pourtant cette éminente contribution à la culture caribéenne n'est pas toujours reconnue à sa juste valeur, la ville restant quelque peu en retrait sur la carte mondiale de la production salsera et timbera contemporaine. 

Ce paradoxe s'explique selon moi par trois raisons concomitantes : 

- Santiago a été historiquement victime d'un phénomène de phagocytose artistique par la Havane, dont la scène musicale a drainé les talents nationaux comme les visiteurs étrangers. La capitale cubaine s'est ainsi alimentée de l'énergie artistique de tout le pays (et tout particulièrement de l'Oriente) pour forger de nouveaux styles ensuite exportés vers le monde entier.