MAYITO, EL INDIO, EL NENE & TUMBAO HABANA : D’CUBA SOY à Tarascon

Écrit par Leonel le . Publié dans Evènements

Image

Pascualito Cabrejas revient en France avec TUMBAO HABANA et les plus grands Soneros de Cuba que sont Sixto Llorente EL INDIO, Pedro Lugo EL NENE et Mario Rivera MAYITO au Festival Taras’Kuba de Tarascon.
Pascualito Cabrejas nous annonce la préparation de son prochain CD “D’Cuba Soy” dans un entretien exclusif :
12 titres de Salsa, Son, Merengue et Bachata interprétés par de nouveaux chanteurs pour l’essentiel qui feront le plus grand bonheur des danseurs et des fêtards car le cru TUMBAO HABANA 2013 est résolument joyeux et festif.

 

 

Taras’Kuba 2013 est un triple évènement à ne pas manquer :

C’est d’abord la troisième édition de ce festival si authentique et chaleureux qui a décidé avec la Mairie de Tarascon d’offrir gratuitement ces concerts afin que ce réalise vœux de ses organisateurs: une véritable rencontre culturelle et festive entre le Sud de la France et Cuba. Gratuité, Rencontres, Authenticité, Profondeur, Echanges et Excellence sont les maitres mots guidant cette célébration de Cuba unique en France.

Taras’Kuba 2013 c’est aussi une rencontre de Soneros et Rumberos des plus illustres :

Pedro Lugo Martinez EL NENE issu de LOS JOVENES CLASICOS DEL SON, puis ESTRELLAS DE AREITO et qui depuis a collaboré avec CUBANISMO, LA RUMBA SOY YO II et THE CUBAN MASTERS ENSEMBLE avant de former son groupe SON DEL NENE.

Sixto Llorente EL INDIO, Sonero exceptionnel de Cienfuegos issu de ALIAMEN, que tout le monde a découvert d’abord avec le génial MANOLITO y su TRABUCO et son « Marcando La Distancia », puis en France en 2010 avec sa propre formation SON DEL INDIO.

Vous trouverez une interview portait de cet immense artiste ici : SIXTO LLORENTE - EL INDIO : Le Magicien Du Son !


Mario Rivera MAYITO, un bassiste, percussionniste et chanteur issu de LA MONCADA et repéré en 1993 par Juan Formell pour devenir l’un des plus grands chanteur de Cuba dans LOS VAN VAN. Primé du FIESTA CUBANA AWARDS du Meilleur Chanteur de l’Année 2011, il entreprend une carrière solo depuis 2012 au cours de laquelle il collabore notamment avec SONEROS DE VERDAD en Europe et il partagera la scène avec MAYIMBE au Pérou.


Mais Taras’Kuba 2013 c’est surtout l’occasion de revoir sur scène probablement l’un des groupe les plus intéressants de Musique Populaire Cubaine par sa créativité, son style et sa joie communicative : TUMBAO HABANA de Pascualito Cabrejas que le public français avait pu découvrir à Montpellier et à Paris au début de l’année 2010.

Pascualito Cabrejas nous a offert cet entretien exclusif pour annoncer sa venue, les changements intervenus dans l’orchestre et la sortie de son prochain CD « D’Cuba Soy » !



Ce disque contiendra 12 titres dont 5 sont déjà finalisés :

1. Como le gusta La Habana
2. Te pasaste de hora
3. Pretexto (para una fiesta)
4. Bachata
5. Este es sin moto
6. Farandulero (El Avion)
7. D’Cuba Soy
8. La Suegra
9. Laura
10. Tranquilo y controla’o
11. Mira el mio ahi (Merengue)
12. Mambo Estres


LEONEL « El Farandulero Mayor » et la rédaction de www.fiestacubana.net vous offre ce portrait et la primeur de cette interview.

TUMBAO HABANA s’inscrit en tête du mouvement de renouveau de la SALSA CUBAINE, puissante et dansante à la fois, avec une œuvre qui restera comme la meilleure de ce groupe : leur dernier CD « MAMBO DURO » sera sans doute l’un des meilleurs disques 2009 de musique Cubaine !

TUMBAO HABANA préparent un quatrième opus de 12 titres qui s’appellera D’CUBA SOY dont les festivaliers de Encuentros Taras’Kuba 2013 auront la primeur.

Le directeur du groupe, Pascualito Cabrejas est de Guantánamo. C’est un homme sincère, mais aussi simple et fort sympathique. Violoniste de formation, il commence sa carrière dans les années 80 avec d’autres musiciens adolescents qui forment à Guantanamo le groupe de Son Montuno appelé REY.

Cette formation se recompose ensuite à La Havane sous le nom de TUMBAO 8, précisément le nom du rythme caractéristique du Son, ce genre musical immortalisé par Compay Segundo et le Buena Vista Social Club, ce rythme qui a conquis le monde entier une fois rebaptisé en ‘Salsa’.

Leur répertoire reposait initialement sur le Son Montuno, le Son traditionnel mais ce groupe versatile interprétait aussi tous les autres style cubains comme le Changüí, le rythme spécifique de leur terre natale Guantánamo, le Cha cha chá, le Mambo, le Mozambique et les autre rythmes comme les Merengue et Bachata dominicains, la Cumbia colombienne et le Latin Jazz.

Même si Pascualito Cabrejas est resté fidèle aux valeurs simples de son Guantánamo natal, il recompose son groupe à La Havane avec des musiciens tous issus des meilleurs conservatoires afin d’atteindre la sonorité si particulière qu’il ambitionne.
Il rebaptise le groupe TUMBAO HABANA du nom du Tumbao, ce motif musical répétitif caractéristique du Son cubain qui donne cette irrépressible envie de danser, et Habana, la capitale de Cuba où convergent tous les meilleurs musiciens de l’ile.

Leur première présentation a lieu le 29 décembre 1997 au mythique cabaret Tropicana ! Cette naissance fut récompensée par cette marque de reconnaissance du chemin artistique parcouru mais elle sera immédiatement suivie par un succès populaire : Tumbao Habana concilie une grande maitrise la qualité musicale, une créativité et une originalité des sonorités qui attirent aussitôt l’attention et une inspiration et des prestations scéniques qui ont établi depuis le début un lien indéfectible avec le public populaire de Cuba.

Leurs compositions sont soignées et intelligentes : leurs mélodies se retiennent facilement et leurs crescendos sont amenés progressivement, annonçant petit à petit les ingrédients d’une montée en puissance imparable et jubilatoire.

Tumbao Habana se sont produit dans de nombreuses villes du Japon, du Mexique et du Pérou. Leurs présentations lors les plus grandes célébrations populaires à Cuba comme à la télévision ont confirmé leur popularité nationale et internationale.

Cet orchestre a déjà sorti trois disques qui ont marqué leur époque :



Le premier opus, sorti en 2000, est appelé tout simplement « Tumbao Habana » avec les succès « Fefa la Oriental », « Relacion Internacional » et l’hymne de Tumbao Habana « Lo Que Te Paso Conmigo ».
Ce CD fut imprégné de Son, de Timba et de Jazz sous les bons auspices de Joaquin Betancourt, un maestro des studios qui a lancé le célèbre Paulito FG, et il introduisait la voix emblématique de Tumbao Habana, celle d’Osvaldo Mendoza.




Le deuxième CD, un bijou, ce « Ese Huevo Quiere Sal », issu en 2003, est un genre de manifeste esthétique où de nombreux genres musicaux cubains sont représentés, comme le Son, la Rumba, le Mambo, la Salsa, le Boléro ou la Balade, et même le Reggae, mais quasi tous finissent par être interprétés en Timba, cette nouvelle forme de la salsa cubaine, plus moderne, plus percussive et créative en se fusionnant avec le Rock et le Funk.

Pascualito assume dans ce CD une grande maitrise et une grande maturité, où l’objectif est toujours d’inspirer le public, le danseur tout en magnifiant la « Cubania », la cubanité.
Il impose un style où le Son et la Rumba reste très présents alors que l’interprétation reste très moderne, citadine et populaire.


Tumbao Habana sera aussi une école et un tremplin pour nombre de chanteurs exceptionnels qui ont depuis été propulse dans les plus grands groupes de Cuba comme Lazaro « Mayami » Diaz devenu la vedette de Manolito y su Trabuco, comme Ronnys Lopez devenu le chanteur charismatique de Bamboleo, et comme Norberto Gomez et Michel Perez qui ont été recrutés par le très grand César « Pupy » Pedroso, directeur de Pupy y Los Que Son Son ainsi que le jeune prodige Maykel Blanco y su Salsa Mayor.

Pascualito Cabrejas lancera aussi la carrière d’une étoile montante de la Timba, le jeune Emilio Frias qui deviendra ensuite El Niño de Elito Reve y su Charangon avant de former tout récemment EL Niño y La Verdad.




C’est en effet avec Emilio Frias que Tumbao Habana reviennent en 2009 avec un disque exceptionnel, « Mambo Duro », tout spécialement conçu pour les danseurs où la plupart des 12 chansons sont des succès des soirées Salsa.

Ils explorent une Bachata dominicaine avec « No me conformo » ou la Salsa Romantique sur « De Que Lado Esta La Luna ».
En hommage au légendaire pianiste de Son Montuno, Lili Griñan Martinez, lui aussi de Guantanamo, Pascualito Cabrejas reprend le standard « No Hay Como Mi Son » dans une version sur-vitaminée, inspirée et enlevée.
Il rend aussi hommage à Ibrahim Ferrer du Buena Vista Social Club, à Celia Cruz, la reine de la Salsa, par une composition originale, « Candela » qui enflamme les pistes de danse.

Tumbao Habana puise son inspiration dans la culture populaire et quotidienne de Cuba. Ils chantent les difficultés de la diaspora cubaine dans le titre phare « Mambo Duro » et y insufflent un message d’espoir. Ils célèbrent cette communauté, cette famille cubaine dont la chaleur et l’hospitalité n’ont pas d’égal dans la chanson populaire « Familia Cubana » interprétée Alexander Abreu, le lauréat des Révélations de l’Année 2008 décerné par FiestaCubana.net.

La chanson « Padrino » qui parle de la religion afro-cubaine est incontestablement le grand succès de ce disque : cette chanson est devenue en quelque jours la chanson préférée de tous les DJs de Salsa Cubaine en Europe.


Le CD Mambo Duro a été nominé dans la catégorie Meilleur Disque de l’Année au FIESTA CUBANA AWARDS 2009 et est d’ores et déjà considéré comme l’un des meilleurs disques de musique cubaine de l’année dans la communauté des DJs.


Mambo Duro a depuis fait l’objet d’un Clip Vidéo bien senti :


Malgré le départ de certains musiciens dont Emilio Frias, El Jiby, le Timbalero et le Tromboniste, Pascualito Cabrejas continue à composer et arranger avec son fidèle compère de Guantanamo Pedro Macias au piano, le compositeur Francisco Carbonell, Arnaldo à la basse et Santiago le saxophoniste.

Il a gardé El Moro qui chantait « Mambo Duro » et a accueilli 2 nouveaux chanteurs , Maikel « El Negro » et Abraham.

Depuis 2012 TUMBAO HABANA préparent leur prochain disque.

Il s’appellera D’CUBA SOY !


Ce titre est d’autant plus évident tant ce groupe et son directeur respirent et transpirent la Cubania, la vie quotidienne et parfois burlesque des rues de Cuba. Populaire, festif, généreux et malin sont les qualificatifs les plus appropriés pour caractériser les cubains et la musique de Tumbao Habana.


Ce disque contiendra 12 titres dont 5 sont déjà finalisés :

1. Como le gusta La Habana
2. Te pasaste de hora
3. Pretexto (para una fiesta)
4. Bachata
5. Este es sin moto
6. Farandulero (El Avion)
7. D’Cuba Soy
8. La Suegra
9. Laura
10. Tranquilo y controla’o
11. Mira el mio ahi (Merengue)
12. Mambo Estres

Ce disque s’inscrit dans la continuité du CD « Mambo Duro » avec notamment la réponse « Mambo Estres » qui développe la thématique de l’émigration et de ses conséquences.

« El Avion », ce morceau explosif, avait déjà été dévoilé par nos soins l’année dernière et « La Suegra » est un morceau hilarant.

Pascualito connaît bien La Farandula et sait s’en inspirer. Il répond notamment au succès de Pupy « Un Loco Con Una Moto » avec son « Este Es Sin Moto » ! Un clin d’œil amical et comique…

Pascualito adoucit son répertoire avec une nouvelle Bachata, après « No me conformo » du précèdent album. Il explore aussi le Merengue avec « Mira El Mio Ahi » !

Faranduleros ¡ Préparez-vous que « Llego El Avion » !




Mecanica Nacional ¡ Tumbao Habana el Tumbao de La Habana ¡